Lettonie : bilan de huit années de mandat de la présidente Vaira Vike-Freiberga
2007-05-25

Agée de 69 ans, Vaira Vike-Freiberga termine brillamment son deuxième mandat à la tête de la Lettonie.

Née dans la capitale Riga en 1937, la Présidente de la République quitte le pays avec ses parents alors qu'elle n'a que 7 ans. Elle vivra en Allemagne et au Maroc avant de rejoindre le Canada où elle enseignera la psychologie de 1965 à 1998 à l'université de Montréal. Durant ses années d'exil, Vaira Vike-Freiberga effectue de nombreux travaux de recherche sur les Dainas, chansons traditionnelles lettones. Polyglotte, la Présidente parle, outre le letton, quatre autres langues : le français, l'anglais, l'allemand et l'espagnol. Elle revient dans son pays natal en 1998 pour diriger l'Institut de Lettonie, organisation visant à promouvoir le pays dans le monde. Elue à la Présidence de la République une première fois le 17 juin 1999 (elle avait dû pour cela renoncer à sa nationalité canadienne, la Constitution n'autorisant pas le Chef de l'Etat à posséder une double nationalité), elle devient la première femme à exercer cette fonction en Europe orientale. Depuis sa première élection, Vaira Vike-Freiberga a toujours figuré parmi les personnalités politiques les plus appréciées de ses compatriotes, recueillant entre 70 % et 85 % d'opinions positives. La Présidente de la République s'est également toujours déclarée en faveur d'une élection au suffrage universel direct du Chef de l'Etat en lieu et place de l'élection par le Parlement, une idée à laquelle une majorité de Lettons sont également favorables selon les enquêtes d'opinion.

Très active en matière de relations internationales et à l'ONU, elle a consacré beaucoup de son énergie à obtenir l'adhésion de son pays au sein de l'OTAN et de l'Union européenne que la Lettonie a rejoint le 1er mai 2004. Elle a également toujours réclamé que la Russie reconnaisse l'occupation des Etats baltes par les troupes soviétiques et su jouer sur le plan interne, un rôle moral et modérateur bien supérieur à ses prérogatives juridiques.

Vaira Vike-Freiberga avait annoncé, le 15 septembre dernier, sa candidature au poste de Secrétaire général des Nations Unies. Mais le Conseil de Sécurité avait par avance choisi de désigner un Asiatique. La Présidente de la République a cependant eu l'honneur de voir son pays choisi pour accueillir les 28 et 29 novembre 2006 le sommet de l'OTAN. Lors d'une récente intervention, Vaira Vike-Freiberga a rappelé l'importance de la préservation de l'identité de la Lettonie, le combat de toute sa vie. Elle a acquis en 2 mandats une réputation internationale incontestée par sa hauteur de vues et son courage. Elle a donné à la Lettonie une visibilité et une reconnaissance inespérées et entretient des relations suivies avec toutes les grandes personnalités de la scène mondiale.

Corinne Deloy/Fondation Robert Schuman