Ukraine : le compromis Iouchtchenko/Ianoukovitch sur les élections législatives anticipées est loin de résoudre la crise politique du pays (mai 2007)
2011-10-12

Dans la nuit du samedi 26 mai, le président ukrainien et son premier ministre se sont mis d'accord sur la tenue, le 30 septembre prochain, d'élections législatives anticipées en vue de mettre fin à la grave crise politique qui sévit dans le pays depuis deux mois.

Cette entente ne signifie pas la fin de la crise politique en Ukraine, estime Konstantin Zatouline, député de la Douma et directeur de l'Institut des pays de la CEI.

"Evidemment, ce n'est pas la fin de la crise en Ukraine car l'entente est très fragile", a-t-il déclaré à RIA Novosti.

Selon lui, l'accord ne définit pas le futur rôle du parquet général ni de la Cour constitutionnelle, et la question du décret de M. Iouchtchenko sur le limogeage des trois juges constitutionnels et du procureur général Sviatoslav Piskoun reste floue.

M. Zatouline affirme que même après avoir à nouveau fixé la date des élections législatives anticipées, il est impossible de dire si la question liée à la subordination des troupes ukrainiennes de l'Intérieur va progresser ou non. "Toute question pouvant mener à un prolongement des évènements est capable de saboter l'entente ou d'aggraver une fois de plus les tensions", affirme le député.

La crise politique en Ukraine est liée à des divergences d'opinion entre la population des différentes régions du pays, "en partie sur la question de la langue russe, sur le système fédéral et l'adhésion à l'OTAN". Ces questions n'ont pas été résolues au cours de la dernière entrevue, et aucun compromis n'a été atteint. "En réalité, elles indiquent la vraie raison cachée de cette opposition en Ukraine", a expliqué le député.

Le président et le premier ministre ukrainiens ont préféré une "maigre paix à une bonne dispute". "Mais cela ne signifie pas que les parties aient renoncé à leurs prétentions ou qu'elles aient oublié le rôle de chacun lors des derniers évènements", a souligné M. Zatouline.

Actuellement, selon lui, chacune des parties se sent vainqueur. Le Parti des régions n'a admis aucun recours à la force, il a obtenu la tenue d'élections législatives anticipées non pas cet été, mais fin septembre, et a également obtenu que la procédure des élections soit adoptée en fonction de la Constitution. De son côté, M. Iouchtchenko est tout de même parvenu à faire accepter la tenue d'élections législatives anticipées.

Evoquant la date de ces élections, Konstantin Zatouline a rappelé que 60 jours étaient généralement prévus pour la préparation de toutes les procédures électorales. "Mais les parties auront-elles assez de temps? Et ce que nous réserve l'Ukraine pour les quatre prochains mois dépendra de la décision que prendra la Rada suprême mardi et mercredi", a-t-il averti.

Ria Novosti / 28 mai 2007