Slovénie : l'élection présidentielle est prévue pour le 21 octobre et le 4 novembre 2007
2007-10-03

Le 20 juillet dernier, le porte-parole de la Présidence de la République, France Cukjati, annonçait que le 1er tour de l'élection présidentielle aurait lieu le 21 octobre prochain. L'actuel Chef de l'Etat, Janez Drnovsek, âgé de 57 ans et souffrant d'un cancer depuis plusieurs années, a déclaré qu'il était "fatigué" et qu'il ne souhaitait pas solliciter un deuxième mandat. Le scrutin présidentiel constituera donc un test tant pour le pouvoir en place que pour l'opposition à un an des élections législatives prévues pour le mois d'octobre 2008.


La fonction présidentielle



Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour 5 ans. Son mandat est renouvelable une fois ; sa fonction est essentiellement honorifique. Le Chef de l'Etat est le commandant en chef des forces armées, il peut intervenir si l'Assemblée nationale, Chambre unique du Parlement, est empêchée de se réunir et déclarer l'état d'urgence et la mobilisation de l'armée. Ses décisions doivent cependant être ratifiées par le Parlement dès que celui-ci peut de nouveau siéger. Le Président de la République nomme certains hauts fonctionnaires de l'Etat, ainsi que les ambassadeurs et possède le droit de grâce.
Tout candidat à l'élection présidentielle doit, en Slovénie, être âgé de 18 ans minimum et être soutenu par au moins 10 députés, 5 000 électeurs ou encore une formation politique qui doit elle-même avoir reçu le soutien de 3 députés et de 3 000 électeurs. Chaque candidat est autorisé à dépenser 0,25 euro par électeur durant sa campagne électorale. Les personnalités atteignant le 2e tour peuvent dépenser 0,40 euro par votant. Les candidats recueillant plus de 10 % des suffrages exprimés lors du 1er tour seront remboursés à hauteur de 0,12 euro par voix obtenue.

Depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre Janez Jansa (Parti démocrate, SDS) à l'issue des élections législatives du 3 octobre 2004, les relations entre le Président de la République et le Chef du gouvernement sont tendues. "Ce qu'on appelle habituellement une politique économique n'existe pas en Slovénie. Les salariés du secteur public sont tous sous pression. Les préférences politiques des gens sont plus valorisées que leur savoir ou leurs compétences" affirmait ainsi le Chef de l'Etat. Janez Drnovsek a, à de nombreuses reprises, accusé le Chef du gouvernement d'utiliser les médias à son profit et de tenter de les contrôler.
Le 30 juin dernier, le Président de la République a boycotté les cérémonies du 16e anniversaire de la proclamation de la souveraineté de la Slovénie. Le Chef de l'Etat n'a pas apprécié que les organisateurs de l'événement aient demandé au Premier ministre de prononcer une allocution alors que traditionnellement, il revient au Président de la République d'officier durant ces cérémonies. L'ancien Président de la République (1990-2002), Milan Kucan, a affirmé sa solidarité avec l'actuel Chef de l'Etat et a boycotté ces cérémonies, expliquant qu'il ne souhaitait pas assister à un événement "où le Président de la République n'était pas invité à s'exprimer".

Ces dernières années, Janez Drnovsek a quelque peu désorienté les Slovènes et jusqu'à ses proches. Il a quitté sa formation, le Parti libéral-démocrate (LDS), et fondé le Mouvement pour la justice et le développement, une organisation non-politique qui veut "élever la conscience humaine et améliorer le monde". Sur son site Internet, le Chef de l'Etat décrit le Premier ministre Janez Jansa comme "un prince des ténèbres", lui-même se présentant comme "le prince de la lumière".


Les candidats en lice



À ce jour, 8 candidats sont en lice pour le 1er tour de l'élection présidentielle :
- Alojz Peterle, ancien Premier ministre (1990-1992) et actuel député européen, a annoncé en novembre 2006 sa candidature à l'élection présidentielle. Le 15 juin dernier, les 3 formations situées à droite sur l'échiquier politique - Nouvelle Slovénie-Parti chrétien populaire (Nsi), le Parti démocrate (SDS) et le Parti populaire (SLS) - lui ont apporté leur soutien.
- Mitja Gaspari, ancien gouverneur de la Banque centrale (en charge de l'introduction de l'euro en Slovénie en janvier 2008) et ancien ministre des Finances (1992-2000).
- Danilo Türk, professeur de droit international à l'université de Ljubljana, ancien diplomate des Nations-Unies et ex-conseiller du Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, de 2000 à 2005. Il est soutenu par le Parti social-démocrate (SD), le Parti démocratique des retraités (DeSUS) et plusieurs députés indépendants, ex-membres du Parti libéral-démocrate de Slovénie.
- Zmago Jelincic, député européen et membre du Parti national (SNS), qui a annoncé sa candidature le 25 mai dernier.
- Matej Sedmak, âgé de 23 ans, connu sous le nom de Peacehiker. Parti de Slovénie en 2004 avec en poche 200 dollars et sa guitare, il a voyagé dans le monde entier durant plusieurs années. Il a annoncé sa candidature le 17 août dernier.
- Elena Pecaric, leader de l'Association pour la théorie et la culture du handicap.
- Marjan Beranic, entrepreneur et auteur de nombreux ouvrages.
- Joze Andrejas, propriétaire d'un restaurant dans la ville de Radovljica.

Le leader du Parti social-démocrate, Borut Pahor, grand favori dans les enquêtes d'opinion il y a encore quelques mois, a finalement renoncé à se présenter et préféré conduire la liste de son parti lors des prochaines élections législatives en octobre 2008. Le Parti social-démocrate a décidé de soutenir la candidature de Danilo Türk. "Je pense être prêt. Durant ces premiers mois, j'ai rencontré autant de gens que possible et j'ai essayé de leur donner le sentiment que je pouvais être le lien entre eux et la fonction présidentielle", a-t-il déclaré. S'agissant de son expérience internationale, le candidat soutenu par les sociaux-démocrates souligne : "J'espère que cela m'aidera. Aux Nations Unies, vous apprenez la patience et vous apprenez également que les gens sont tous différents. Vous devez toujours penser à la façon dont l'autre partie vous comprend".

À un mois du scrutin, Alojz Peterle est le grand favori des enquêtes d'opinion. Selon le Baromètre politique réalisé par le Centre de recherche sur l'opinion publique et les médias de la faculté des sciences de l'université de Ljubljana et publié le 21 septembre dernier, il recueillerait 32 % des suffrages au 1er tour de l'élection présidentielle, Danilo Türk 15 %, Mitja Gaspari et Zmago Jelincic, 13 % chacun. Alojz Peterle serait vainqueur au 2e tour, quel que soit l'adversaire qui lui serait opposé. Les forces de droite ont l'avantage de se présenter unies à ce scrutin, les partis de gauche étant divisés, représentées par deux candidats : Danilo Türk et Mitja Gaspari. Alojz Peterle possède également l'avantage d'être parti tôt en campagne puisqu'il est le premier à avoir déclaré sa candidature.

La campagne officielle pour le 1er tour de l'élection présidentielle a débuté le 21 septembre dernier et s'achèvera le 19 octobre à minuit. Le futur Président de la République prendra ses fonctions une semaine avant que la Slovénie ne prenne la Présidence de l'Union européenne le 1er janvier 2008, une première pour un pays ayant rejoint l'Union européenne le 1er mai 2004.

Corinne Deloy/Fondation Robert Schuman