Géorgie : fin de l'état d'urgence (16 novembre 2007)
2012-11-14

La levée de l'état d'urgence en Géorgie était une condition nécessaire à la tenue des élections présidentielles du 5 janvier 2008, afin que la campagne électorale puisse s'engager. Reste à libérer l'émission des chaînes privées de télévision.

Levée de l'état d'urgence



Sur proposition présidentielle, le Parlement a voté le 15 novembre par 153 voix contre 2, la levée le 16 novembre à 19 heures de l'état d'urgence instauré le 8 novembre.

Le médiateur de la République, Sozar Soubari (Sozar Subari) a émis des protestations auprès du président de la République et auprès de la Présidente du Parlement pour les "persécutions" dont seraient victimes les manifestants des 2 au 7 novembre, s'attirant un démenti du ministre de l'Intérieur Vano Mérabichvili (Vano Merabishvili).

Les dates de réouverture des chaînes privées (Imédi TV et Kavkasia) se sont pas encore connues : elles conditionnent la tenue de la campagne présidentielle.

Elections présidentielles du 5 janvier 2008



La composition de la Commission Centrale des Elections, 7 membres pour la majorité actuelle et 6 pour l'opposition, n'a pas reçu l'aval de l'opposition.

Se présenteraient

- Mikheïl Saakachvili, pour la majorité actuelle,

- Lévan Gatchétchiladzé (Levan Gachechiladze), 43 ans, député, un des fondateurs de la société Georgian Wines and Spirit, pour neufs partis d'opposition (Conservateurs, Forum National, Groupe Géorgien, Liberté, Mouvement Géorgie Unie, Par Nous Mêmes, Parti du Peuple, Républicains, Voie de la Géorgie), avec Salomé Zourabichvili comme premier ministre en cas de victoire,

- Chalva Natélachvili (Shalva Natelashvili) pour le Parti Travailliste,

- David Gamkrélidzé (Davit Gamkrelidze), député, pour les Nouvelles Droites,

- Badri Patarkatsichvili (Badri Patarkatsichvili), homme d'affaires, milliardaire.