Serbie : ré-élection du président "pro-européen" Boris Tadic le 3 février 2008
2013-01-04

Le 1er tour des élections présidentielles de Serbie avait laissé en piste Tomislav Nikolic, nationaliste du Parti radical serbe (SRS), pro-russe et Boris Tadic, président sortant, du Parti démocrate (DS), pro-européen. D'après les résultats provisoires, le 2ème tour donne l'avantage à Boris Tadic avec 50,56% des voix. Tomislav Nikolic reconnaît sa défaite avec 47,42%.

La clef de la victoire a appartenu aux électeurs serbes qui se sont déplacés en masse le 3 février (67%).

Plusieurs facteurs auraient pu jouer en défaveur de Boris Tadic :

1)

le jeu des désistements

: celui de Parti Démocrate Serbe (DSS) n'a pas été clair. Son leader Vojislav Kostunica, Premier ministre, et pourtant allié de Boris Tadic, n'a pas pris position : le nouveau président lui rappellera certainement,

2)

l'usure de l'équipe sortante

: pour les uns la situation économique n'est pas bonne, pour les autres les réformes n'avancent pas assez rapidement,

3)

l'oubli progressif des années difficiles

, notamment des années de guerre, sous la tutelle nationaliste de Slobodan Milosevic,

4) l'auto-proclamation planifiée de l'indépendance de la province du

Kosovo

, berceau historique de la nation serbe et sous contrôle international depuis 1999, à laquelle la très grande majorité des Serbes s'oppose,

5)

le jeu de la Russie

. Hostile à l'indépendance du Kosovo, elle a besoin de la Serbie pour asseoir sa stratégie énergétique vis-à-vis de l'Union européenne : Gazprom s'est d'ailleurs rendu acquéreur du pétrolier serbe NIS.

A contrario les réflexes "

libéralisme, ouverture à l'Occident et candidature future à l'Union européenne

" ont joué en faveur du président sortant.

*

La victoire, acquise de justesse, illustre une certaine fracture du pays : il n'en sera que plus difficilement gouvernable.

Voir aussi

:

- [URL : 2490]

- [URL : 2360]