Arménie : 50 000 opposants dans la rue, après la présidentielle (2008)
2012-12-12

Le 25 février, les manifestations appelées par l'ancien président Levon Ter-Petrossian, candidat malheureux à la présidentielle du 19 février, ont réuni 15 000 personnes sur la Place de la Liberté, face à l'Opéra d'Erevan.

Le 24 février, elles avaient réuni 20 000 personnes, le 23 février 50 000 personnes.

Le 21, des tentes s'y étaient dressées et depuis des militants y assurent la garde.

Outre la contestation des résultats en faveur de Serzh Sarkissian, l'opposition dénonce
- les destitutions concernant plusieurs diplomates (dont un vice-ministre des Affaires étrangères et deux ambassadeurs) et le Procureur Général adjoint (Gagik Djangirian, incarcéré ensuite pour possession d'arme),
- les arrestations effectuées par la police (un ancien ministre, Smbat Aïbazian, pour possession d'arme) ou par les Services Secrets ( un cadre du parti politique de Levon Ter-Petrossian, Aram Karapetian, enlevé dans la rue par des agents masqués).

La mission d'observation de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe avait jugé le scrutin présidentiel du 19 février conforme aux normes internationales, "pour l'ensemble".


Voir aussi

[URL : 2517]