Géorgie : Nika Guilaouri, ancien Premier ministre
2013-11-11

Gilauri Nikoloz

Nika Guilaouri est né en 1975 à Tbilissi.

Il étudie les relations économiques internationales à l'Université d'Etat Djavakhichvili de Tbilissi et la langue anglaise au Collège de Bournemouth en Grande-Bretagne.

En 1999, il obtient un diplôme de finances et d'économie à l'Université de Limerick en Irlande. En 2000, il obtient un mastère d'affaires internationales à l'Université de Philadelphie aux Etats-Unis.

La carrière professionnelle



Il travaille au Centre de Finances Internationales de Dublin en 1999 (Assets management) et au Centre de Développement des Petites Entreprises de Philadelphie en 2000 (énergie).

En 2001, il entre comme consultant à Géorgie Telecom.

En 2002, il intégre la compagnie espagnole Iberdrola (énergie) comme consultant financier.

En 2003 et 2004, il oeuvre pour la compagnie irlandaise SBE (énergie électrique) comme contrôleur financier.

La carrière politique



Le 17 février 2004, il est nommé ministre de l'Energie dans le premier gouvernement de Zourab Jvania, fonction dans laquelle il établira le record de longévité ministérielle.

Durant l'hiver 2004 / 2005, il est contesté pour la crise énergétique qui paralyse la Géorgie et plus particulièrement Tbilissi.

Durant l'hiver 2006, alors que l'approvisionnement russe en gaz et en électricité est interrompu, le succès des négociations avec l'Azerbaïdjan et avec l'Iran lui est attribué : des livraisons de gaz azerbaïdjanais et iranien sauvent du froid la population et permettent à l'économie de repartir.

En mars 2006, il affronte une controverse avec le Parlement, la présidente Nino Bourdjnadzé compris, après ses propos qualifiant de "possible" la privatisation des gazoducs géorgiens au profit du russe GAZPROM.

Durant l'hiver 2006 / 2007, il obtient de la Turquie et de l'Azerbaïdjan des quotas supplémentaires de gaz (gazoduc Bakou - Tbilissi - Erzéroum) et délivre la Géorgie des approvisionnements russes.

Le 7 septembre 2007, il est nommé ministre des Finances dans le gouvernement de Zourab Nogaïdéli, succédant ainsi à Lexo Alexichvili. Lado Gourguénidzé le reconduit à ce poste dans ses deux gouvernements. Grigol Mgaloblichvili en fait de même.

Il est nommé premier vice-Premier ministre en novembre 2008.

Il est proposé au poste de Premier ministre par le Président de la république et le 6 février 2009 le Parlement lui accorde sa confiance par 106 voix pour, 8 voix contre et quelques refus de vote.

Son discours d'investiture définit trois grandes priorités au gouvernement :
- surmonter les difficultés économiques et lutter contre le chômage,
- dés-occuper l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud séparatistes,
- poursuivre les réformes démocratiques.

Le jour même, il annonce le remplacement de Kakha Bendoukidzé, oligarque russe et milliardaire géorgien, son ancien "collègue" au gouvernement, qui était devenu entre temps responsable de l'administration gouvernementale.

Il quitte son poste de Premier ministre le 26 juin 2012.

L'homme



Nika Guilaouri se livre peu et est mal connu.

En 2004, lors de ses difficultés au poste de ministre de l'Energie, Kakha Bendoukidzé, à l'époque ministre de l'Economie, n'avait pas manqué de le "chahuter" et de s'interroger publiquement sur la nomination de ministres aussi jeunes et aussi inexpérimentés : le soutien de Mikheïl Saakachvili (et de son Premier ministre de l'époque Zourab Jvania) avait certainement sauvé Nika Guilaouri.

Depuis, le profil des Premiers ministres géorgiens a progressivement évolué. Après celui de Zourab Jvania (nommé à 40 ans), "homme clé" sur l'échiquier politique national, pouvant tenir tête au Président de la république, ce profil a progressivement basculé vers les "techniciens" de la finance ou de l'administration, s'apparentant à celui des hauts fonctionnaires à la française, avec Zourab Nogaïdéli (nommé à 40 ans), Lado Gourguénidzé (nommé à 36 ans), Grigol Mgaloblichvili (nommé à 35 ans) et Nika Guilaouri (nommé à 33 ans).

Est-ce un bien, est-ce un mal pour la Géorgie ? C'est en tout cas plus "reposant" pour le président Saakachvili.

*

Sources multiples:

- biographie officielle,

- médias géorgiens dont Civil Georgia.


Voir aussi



- [URL : 2475]