Tchétchénie : Le bataillon Vostok détenait illégalement des armes à feu (avril 2008)
2013-01-16

Ria Novosti, Grozny, 17 avril 2008

Environ 60 armes à feu détenues illégalement ont été saisies par la police au cours d'une opération spéciale à Goudermes (Tchétchénie) contre Badouri Iamadaïev, le frère du commandant du bataillon spécial Vostok, Soulim Iamadaïev, a annoncé le président tchétchène Ramzan Kadyrov.

"Au cours de l'opération destinée à arrêter Badouri Iamadaïev, les policiers ont saisi entre 50 et 60 armes à feu détenues illégalement. Ils ont procédé à des arrestations", a déclaré vendredi le président de la république tchétchène lors d'une réunion à Grozny.

Les médias locaux avaient auparavant annoncé qu'il s'était avéré qu'au cours de l'opération, des dizaines de jeunes gens servant dans le bataillon et vivant sur la base ne possèdaient pas de documents valables attestant leur appartenance et portaient des armes à feu sans permis. Selon la télévision, un grand nombre d'armes à feu et de munitions auraient été saisies.

Le service de presse du président tchétchène a auparavant émis un communiqué récapitulant les délits perpétrés par les frères Iamadaïev. Badouri Iamadaïev a entre autres été condamné en 2003 à une lourde peine de prison pour attaque à main armée et tentative d'homicide.

"A l'automne 2001, Badouri Iamadaïev et l'un de ses complices ont été accusés d'attentat à l'encontre d'Alexandre Melnikov, le chef adjoint des autorités sanitaires moscovites" indique le document.