Géorgie : suivi des objectifs du millénaire pour le développement par les Nations Unies (2008)
2013-12-11

Fixés pour l'année 2015, les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ne pourront être atteints que si tous les acteurs apportent leur contribution. Les pays pauvres se sont engagés à mieux gouverner et à investir dans leurs populations par le biais de la santé et de l'éducation, les pays riches à les appuyer par le biais de l'aide, de l'allègement de leurs dettes et d'un commerce plus juste.

Guidé par la stratégie des Nations Unies, le travail du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) se focalise sur la coordination globale et la localisation des efforts.

Au cas spécifique de la Géorgie, 8 objectifs furent retenus en septembre 2000 lors de la déclaration commune :

- 1)

éradiquer l'extrême pauvreté

: diviser par deux la population vivant sous le seuil de pauvreté, diviser par deux la population souffrant de la faim, réhabiliter socialement les personnes déplacées après les conflits abkhazes et ossètes.

Fin 2006, d'après le Département géorgien des Statistiques, 23,3% de la population accédaient à moins de 60% de la consommation moyenne par habitant (24,1 en 2005 et 24,6 en 2004).

Toujours en 2006, l'Agence nationale d'aide sociale avait distribué des aides financières à 37,3% de la population (480 000 foyers).

- 2)

rendre cohérent le système géorgien d'éducation avec ceux des pays développés

.

Fin 2005, 55% des enfants de 3 à 6 ans accédaient aux jardins d'enfants selon l'UNICEF, 93% des enfants en âge scolaire accédaient au primaire selon l'UNESCO (95,6% selon les autorités géorgiennes).

Plus globalement la réforme de l'enseignement est considérée par le PNUD comme l'une des réformes les plus abouties (transparence des examens).

- 3)

promouvoir l'égalité des sexes

.

Fin 2007, le Parlement comptait 10% de députés féminins (dont 2 présidents de comité parlementaire sur 13), le Gouvernement 3 ministres féminins sur 17 et 9 ministres adjoints sur 46, la Magistrature 120 juges féminins sur 270.

- 4)

réduire la mortalité infantile

.

La mortalité infantile des moins de 5 ans (U5MR) a diminué de 24,9 pour 1000 à 19,7 entre 2000 et 2006.

56% des familles ne disposeraient pas des ressources suffisantes pour assurer le développement correct des enfants de moins de 5 ans. Les châtiments corporels seraient fréquents (60%) et le taux d'enfants maltraités fort (11%).

- 5)

promouvoir la santé maternelle

.

La mortalité maternelle (MMR) est passée de 49,2 pour 100 000 en 2000 à 23 en 2006.

- 6)

combattre le sida, le malaria et les autres épidémies

.

Fin 2007, 1 472 personnes étaient identifiées séropositives (1 119 hommes et 353 femmes, soit 40 de plus qu'en 2006), 614 avaient déclaré le sida (dont 307 mortes) : 60,4% avaient été infectées par injection de drogues, 32,5% lors de rapports hétérosexuels, 2,7% lors de rapports homosexuels et 1,4% par transmission maternelle.

- 7)

promouvoir la défense de l'environnement

.

Un projet de sauvegarde des forêts a été lancé en 2005.

Le développement du Bâtiment et des Travaux Public, besoins domestiques et besoins commerciaux, fait débat.

Une dizaine de projets du PNUD encourage les énergies durables (hydroélectricité) et la protection de la biodiversité.

- 8)

promouvoir des partenariats globaux de développement

.

L'adhésion à l'Organisation Mondiale du Commerce en 2000 et l'instauration d'une économie libérale ont permis à la Géorgie de se voir appliquer par les Etats-Unis le statut de nation la plus favorisée et par l'Union européenne des droits de douane allégés sur certains produits.

Neuf programme du PNUD encouragent cette tendance, tant à Tbilissi qu'en Kakhétie, en Samtskhé - Djavakhétie ou en Adjarie.

Source Programme des Nations Unies pour le Développement [URL : http://www.undp.org]