Géorgie : 125 810 personnes déplacées suite au conflit russo-géorgien (septembre 2008)
2013-12-11

Le 4 septembre 2008, le ministère géorgien de la Justice a enregistré 125 810 personnes déplacées, "contraintes de quitter leur domicile par les attaques et les bombardements russes, suivis de saccages à grande échelle, de destructions délibérées de propriétés civiles et de harcèlement de la population ethnique géorgienne en Ossétie du Sud, dans les régions adjacentes et en Haute Abkhazie".

Le Haut Commissariat des Réfugiés (Nations Unies) estime que le nombre de personnes déplacées (IDP) en Géorgie par le conflit russo-géorgien d'août 2008 est de 128 000 (1).

L'Ossétie du Sud, région de Shida Kartlie pour les Géorgiens



Toujours selon le ministère géorgien de la Justice, l'Ossétie du Sud comptait 14 500 personnes d'ethnie géorgienne (2) : 13 260 sont actuellement recensées comme personnes déplacées. Elles proviennent de Tighava (vallée du Frone), de Kurta (vallée du Didi Liakhvi) et de Eredvi (vallée du Patara Liakhvi).

Les régions adjacentes à l'Ossétie du Sud



Le district d'Akhalgori faisait partie de la région soviétique d''Ossétie du Sud avec une population majoritairement géorgienne : 7 200 Géorgiens et 700 Ossètes. L'abandon de la citoyenneté géorgienne serait imposé au profit de la citoyenneté russe et l'expulsion serait pratiquée en cas de refus : 2 254 personnes déplacées seraient déjà dans ce cas selon le ministère géorgien de la Justice.

Les autres régions occupées par l'armée russe



Les districts de Gori et de Kareli ont été particulièrement détruits par l'armée russe et auraient fait l'objet d'exactions de milices paramilitaires ossètes : la population géorgienne en a fuit massivement et constitue l'essentiel des personnes déplacées.

La Haute Abkhazie

(vallée du Haut Kodori, antérieurement sous contrôle de Tbilissi)

La Haute Abkhazie comptait 1 900 habitants : 1 218 sont actuellement recensées comme personnes déplacées.

L'Abkhazie



Malgré l'expulsion manu militari de 2 à 300 000 Géorgiens dans les années quatre vingt-dix, 42 000 personnes d'ethnie géorgienne sont restées (ou retournées) dans le district de Gali, district le plus proche de la Géorgie. Les positions récentes de l'armée russe et la fermeture de la frontière inquiètent les autorités géorgiennes qui estiment "qu'elles sont harcelées, attaquées et seront expulsées si elles n'acceptent pas la citoyenneté russe".

*

575 refuges pour personnes déplacées sont ouverts en Géorgie, dont 458 à Tbilissi.

*

Voir aussi

[URL : 2607]

Notes

:

(1) La Géorgie comptait 4,3 millions d'habitants au 1er janvier 2008 (source Département statistiques du gouvernement géorgien).

(2) La population de l'Ossétie du Sud était estimée à 60 000 habitants, dont un tiers d'ethnie géorgienne.