Géorgie : aide internationale de 3,4 milliards d'euros après la guerre russo-géorgienne (2008)
2012-04-02

Des aides d'urgence envoyées dès août 2008

La communauté internationale s'est engagée le 22 octobre 2008 à Bruxelles à apporter 3,4 milliards d'euros d'aide sur trois années à la Géorgie afin de reconstruire une économie mise à mal par la guerre russo-géorgienne, aide composée de 1,9 milliard de prêts et de 1,5 milliard de dons.

Dès le mois d'août, des aides de première urgence avaient été accordées en particulier par l'Union européenne, par la France, par des ONG et par différentes associations.

Les priorités à court et moyen terme



La première des priorités reste la prise en charge des 65 000 Géorgiens déplacés et ne pouvant encore retrouver leur domicile, sur les 125 000 initialement concernés. Le cas des 250 000 Géorgiens déplacés dans les années 1990 durant la guerre d'Abkhazie, est toujours à prendre en considération.

Les autres priorités sont nombreuses, réhabilitation des axes de communication entre l'Est et l'Ouest de la Géorgie, rétablissement des infrastructures (Poti, Senaki, Gori, Marnéouli ...), reconstruction des villes bombardées (Gori ...), relance de l'économie, retour à la confiance des entreprises et des investisseurs.

Les principaux contributeurs



Les principaux contributeurs sont l'Union européenne avec 880 millions (380 millions alloués directement par les pays membres, dont 7 millions par la France pour les équipements de l'aéroport de Tbilissi, des projets de santé et d'environnement), les Etats - Unis avec 700 millions et le Japon avec 151 millions. Par ailleurs 600 millions proviennent de fonds privés.

La Banque européenne d'investissements alloue 200 millions de prêts pour les infrastructures énergétiques et de transports.

Le Fonds monétaire international approuve un programme de prêts de 600 millions afin de restaurer les réserves géorgiennes de change et afin de rétablir la confiance des investisseurs.

Les aides d'urgence françaises envoyées dès août 2008



Pour mémoire. il convient de rappeler

- au titre de la

République française

, les vols humanitaires (Airbus A-340, DC-10, Dash-8) chargés de tentes, de lits de camp, de couvertures, de fournitures de première nécessité et de matériel médical, sous contrôle de l'Ambassade de France à Tbilissi, dont le contenu a été estimé à 1,4 million d'euros,

- au titre de la

Ville de Nantes

(et de l'

Association Nantes - Tbilissi

), un container humanitaire de 1,5 tonne de produits de première nécessité (savons, tubes de dentifrice, draps, bottes fourrées, vêtements, sucre et farine pour partie fournis par la Banque alimentaire du Pallet à hauteur de 10 000 euros) , dont le contenu a été distribué par l'ONG "Première Urgence" à Tbilissi,

- au titre du

Conseil Général de l'Yonne

, une aide d'urgence de 12 000 euros pour l'achat de nourriture de bébé et de produits de première nécessité, confiée au Centre de Santé de Gourdjani (Kakhétie) qui accueillait des réfugiés,

- au titre de l'

Association Géorgienne en France

, une collecte de fonds de 32 000 euros. Une aide d'urgence a été financée pour l'achat de produits de première nécessité (aliments, bonbonnes de gaz, oreillers, réfrigérateurs, ...) dont la distribution auprès des familles réfugiées à l'Université agraire (39), à l'Ecole 149 (20), à l'ancien Institut de la soie (42), au Département d'économie des forêts (70), à l'ancien Hôpital militaire (1400) et à l'Université Javakhichvili (480), a été confiée à l'ONG ACTS Georgia. Par ailleurs un projet de réhabilitation de village est lancé afin de permettre le retour des habitants,

- au titre de l'

Association culturelle et d'amitié Bègles France - Tbilissi Géorgie

, une aide d'urgence de 3 000 euros pour l'achat de nourriture, de médicaments et de produits d'hygiène, confiée à l'Ecole Marie-Brosset à Tbilissi qui accueillait 392 réfugiés dont 45 enfants de 2 mois à 12 ans.

*

La reconstruction économique de la Géorgie prendra plusieurs années. La rupture avec la Russie (relations économiques et relations diplomatiques), l'origine des donateurs internationaux renforcent encore l'ancrage de Tbilissi au monde occidental.




Voir aussi

:

- [URL : 2616]

- [URL : 2607]