Russie : conséquences des crises financière et économique mondiales (2008)
2013-06-28

Les conséquences de la crise financière, née aux Etats-Unis comme l'a rappelé récemment Vladimir Poutine, et de la crise économique mondiales apparaissent en Russie. L' effondrement de la production industrielle, la chute des cours mondiaux de matières premières, la chute de la bourse et la dévaluation de la monnaie ont accentué la montée du chômage et l'agressivité vis-à-vis des populations étrangères immigrées, parfois même vis-à-vis des populations musulmanes du Sud de la Fédération.

Si la Fédération de Russie n'est ni membre de l'OMC (Organisation mondiale du commerce), ni membre de l'OPEP (Organisation des pays exportateur de pétrole), elle avait réussi à accumuler plus de 500 milliards de dollars de réserve de change à l'époque des forts cours mondiaux de matières premières.

La situation a changé avec la baisse de la demande venant des pays développés. Il est vraisemblable que d'autres causes structurelles, insuffisance des investissements dans la recherche et le développement par exemple, expliquent que la tendance se soit révélée antérieurement.

Effondrement de la production industrielle



A fin novembre 2008, la production industrielle de la Russie s'est effondrée de 8,7% sur 12 mois : cette tendance s'est accélérée sur le dernier mois des statistiques puisque la diminution a atteint 10,8% par rapport à octobre.

Chute des cours mondiaux de matières premières



La Russie a besoin d'un pétrole à 70 dollars le baril pour équilibrer ses comptes extérieurs et son budget intérieur : les cours à plus de 100 dollars le baril l'ont servi, les cours à moins de 40 dollars -comme ce fut le cas durant la première quinzaine de décembre 2008-, la desservent et rendent tout développement impossible.

Chute de la bourse



Le 12 décembre, la bourse de Moscou enregistre un des indices les plus bas de son histoire : le RTS vaut 652,21 points contre 2487,91 points le 19 mai 2008, soit une chute de 75%.

Dévaluation de la monnaie



Le 17 décembre, la Banque centrale de Russie dévalue le rouble pour la septième fois en un mois : la combinaison monétaire de référence, composée à 55% de dollars et à 45% d'euros, est passée de 32,20 à 32,63 roubles.

Des conséquences ...


... structurelles



L'Etat reprend la main dans certains secteurs "stratégiques", cédés durant l'ére Eltsine aux "oligarques russes" : parfois domiciliés à l'étranger, ils voient leur patrimoine déprécié et sont contraints d'accepter une aide de l'Etat russe qui devient majoritaire dans leurs entreprises.

... sociales



La montée du chômage a fait resurgir l'agressivité de l'opinion publique vis-à-vis des 10 millions d'immigrés étrangers originaires d'Asie centrale et du Sud Caucase. Ils visent également la main d'oeuvre venue du Nord Caucase alors que le Daghestan, l'Ingouchie et la Tchétchènie sont des républiques de la Fédération, alors que leurs habitants sont porteurs de passeports russes.

Le 8 décembre, la "Jeune Garde", organisation de la jeunesse du Parti Russie Unie au pouvoir, initiait des manifestations dans plusieurs villes de Russie afin de demander le renvoi des immigrés chez eux.

Le 12 décembre, jour anniversaire de l'établissement de la Constitution russe, une manifestation réunissait à Moscou différents mouvements ultranationalistes (Mouvement pour la lutte contre l'immigration illégale, Union slave) afin d'engager le retour des travailleurs immigrés (1).

... politiques



Le 14 décembre, Gary Kasparov, l'ancien champion du monde d'échec, et l'écrivain Edouard Limonov, leader du Parti National Bolchevique, ont été arrêtés ainsi qu'une centaine d'autres personnes lors de manifestations à Saint Pétersbourg et à Moscou : ils voulaient sensibiliser l'opinion publique russe aux conséquences de la crise mondiale en Russie.

Il est vraisemblable que le pouvoir en place, qui tenait jusqu'à présent un discours d'apaisement et précisait que les crises mondiales ne touchaient pas la Russie, sera dans l'obligation de "charger" l'ancienne administration américaine de cette responsabilité afin de marquer un avantage avant les premières négociations, militaires mais aussi économiques, qui ne manqueront pas de s'ouvrir avec l'administration de Barack Obama en 2009.





Note

:

(1) Conséquence de la dégradation sociale en Russie, les meurtres officiellement classés de "racistes" ont augmenté de 2007 (74) à 2008 (114). Les rares ONG russes qui s'expriment sur le sujet (Sova et le Bureau russe des droits de l'homme) s'étonnent de la médiatisation recherchée par les groupuscules ultranationalistes, et parfois accordée.