Liberté de la presse selon RSF : la Géorgie régresse à la 120éme place mondiale (2008)
2013-12-13

Selon RSF, pour la période de septembre 2007 à septembre 2008, la liberté de la presse régresse en Géorgie. Ce pays occupait la 66éme place mondiale en 2007, il occupe la 120ème place (sur 173) en 2008

.

Plusieurs éléments semblent avoir contribué à cette régression, sans précédent pour un Etat qui affiche sa volonté de rejoindre les démocraties à l'occidentale,

- la déclaration de l'état d'urgence du 7 au 15 novembre 2007 devant les manifestations et la suspension des chaînes de télévision non gouvernementales (en particulier IMEDI TV, saccagée par les forces de l'ordre), décisions officiellement motivées par une menace russe,

- la campagne électorale pour les présidentielles de janvier 2008, durant laquelle les différentes oppositions politiques ont dénoncé le "verrouillage" des médias par les autorités politiques en place, sans que les observateurs internationaux (OSCE) n'en disqualifient le résultat,

- une affaire relativement ancienne, année 2005, "d'extorsion de fonds" (100 000 dollars) vis-à-vis d'un député de la majorité présidentielle, pour laquelle un condamné a reçu la grâce présidentielle, sans que le journaliste impliqué, Chalva Ramichvili, n'en bénéficie.

Par ailleurs, la situation des journalistes dans la république autoproclamée d'Abkhazie, région échappant au contrôle de la Géorgie, demeure une préoccupation permanente pour RSF.

Source

: [URL : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25418/]

NDLR

. Jamais, depuis que la Géorgie participe au classement RSF, années Chévardnadzé ou années Sakhachvili, la place de ce pays n'a été aussi mauvaise. Culturellement, y compris durant l'ère soviétique, les Géorgiens ont toujours pratiqué une "certaine" liberté d'expression.

Voir aussi

: [URL : 2550]