Association géorgienne en France : communiqué relatif à la manifestation du 9 avril 2009
2012-12-06

Paris, 31 mars 2009

Quelques personnes, au nom de quelques partis politiques, laissent entendre que les émigrations géorgiennes ont répondu favorablement à leur appel et s'apprêtent à reproduire, hors de Géorgie, la manifestation que ces partis organisent, en Géorgie, le 9 avril.

Il n'en est rien. Nous tenons à faire savoir aux membres de notre association et à toute la communauté géorgienne qu'aucune organisation, ni aucun parti politique ne peut se prévaloir de notre soutien ou de notre accord pour de telles manifestations.

Nous nous devons également de préciser à certains et rappeler à tous que :

- le 9 avril (manifestation réprimée de façon sanglante par l'armée russe en 1989 avec plusieurs dizaines de morts),

- le 31 mars (date de rétablissement de l'indépendance en 1991),

- ou le 26 mai (proclamation de l'indépendance en 1918)

sont des dates historiques qui expriment la victoire de l'

unité

géorgienne.

Aucune ne peut être confisquée au profit d'intérêts partisans, aucune ne peut contribuer à dresser un Géorgien contre un autre, enfin, aucune ne peut servir de tête de pont à des manoeuvres politiques.

C'est à chaque Géorgien qu'il revient de veiller à ce que ces dates conservent leur charge symbolique, de ne pas oublier le poids des sacrifices qu'elles portent, ni quelles auront, demain, à servir de repères, aux générations futures.

La Géorgie démocratique d'aujourd'hui, ne peut plus être le pays dans lequel la manifestation de la rue se subsitue au débat d'idées, et dans lequel l'invective des tribunes résume toute la réflexion politique.

Le Comité directeur de l'Association géorgienne en France invite tous les Géorgiens à privilégier le débat démocratique aux manifestations de rue qui mettent le pays à la merci d'une déstabilisation, au seul bénéfice des intérêts impérialistes de la Russie.

Pour le Comité directeur, Othar Zourabichvili, Président

.