Les forces militaires géorgiennes (août 2008)
2013-12-08

De 2003 (présidence Chévardnadzé) à 2008 (présidence Saakachvili), le budget militaire de la Géorgie passe de 60 à 990 millions de dollars, soit 10% du Produit Intérieur Brut.

IMPORTATION D'ARMES



Les fournisseurs, principalement des pays de l'ex-URSS et ses satellites, recyclent à la Géorgie des armes d'origine soviétique :

-

Ukraine

: 90 chars T-72, 100 blindés BMP-1/2 et BTR-80, 17 canons automoteurs 2S3 et 2S7, 18 batteries de missiles sol-air SA-8 et SA-11, 7 hélicoptères de combat Mi-24, 7 radars dernière génération, 12 avions d'entraînement L-39,

-

République tchèque

: 70 chars T-72, 72 pièces d'artillerie (dont 24 canons automoteurs DANA de 152 mm), 6 avions d'assaut Su-25,

-

Bulgarie

: une centaine de mortiers, importants stocks d'armes légères,

-

Pologne

: missiles sol-air portables SA-18 (GROM).

A ces pays de l'Est européen, généralement en froid avec la Russie, s'ajoutent les

Etats-Unis

(pistolets, fusils d'assaut, radios et uniformes), la

Grèce

et surtout

Israël

.

Le cas de la Grèce est singulier puisqu'elle vend une vedette lance-missile, Dioskuria, à la Géorgie.

Les fournitures d'Israël, et de l'industrie militaire israélienne parfois présente en Géorgie, sont plus significatives. 23 drones de reconnaissance (Hermès 450 et Skylark) sont exportés et donnent aux forces géorgiennes un avantage certain. S'ajouteront des systèmes de déminage, des systèmes de vision nocturne, des mitrailleuses légères, la modernisation de plusieurs dizaines de chars T-72 et celle d'avions de combat Su-25, 4 lance-roquettes multiples.

STOCK D'ARMES



L'armée de terre dispose de 245 chars (190 T-72, 55 T-55) et de 300 blindés (BMP, BTR, BRDM, MT-LB) et de 180 pièces d'artillerie. Les fantassins sont équipés de RPG-7, de missiles anti-chars SAGGER, FAGOT, KONKURS et de missiles sol-air portables STRELA, IGLA.

La marine, basée à Poti, dispose de 8 patrouilleurs légers, 2 vedettes lance-missiles, 2 péniches de débarquement, 1 dragueur de mines et de quelques navires d'appui (19 bâtiments au total).

L'armée de l'air, basée à Marnéouli, dispose d'une douzaine d'avions d'assaut Su-25, d'une douzaine d'avions d'entraînement L-29 et L-39, d'une trentaine d'hélicoptères (dont 8 Mi-24 d'attaque) et de quelques avions de transport. La défense anti-aérienne est équipée de missiles sol-air SA-8, SA-11 et SA-18.

EFFECTIFS



Les effectifs réels sont de 25 000 hommes, pour une autorisation initiale de 27 000, portée successivement à 32 et 37 000 (juillet 2008). La garde nationale peut aligner 15 000 hommes en cas de mobilisation générale (1).

L'armée de terre est organisée en 4 brigades d'infanterie (la 1ère étant engagée en Irak) et une brigade d'artillerie. Une 5ème brigade d'infanterie et une brigade de génie sont en cours de création à l'été 2008. Les principales bases sont celles de Sénaki (à l'Ouest du pays), à Gori (au centre). Des bases seconadires comme Vaziani (à proximité de Tbilissi), subsistent. Plusieurs pays ont apporté à la Géorgie une assistance en matière d'entraînement, les Etats-Unis (2), l'Allemagne (3), la Grande-Bretagne (3) et la France (4).

LE CONFLIT d'août 2008



Le 6 août, l'armée géorgienne réplique à l'arme lourde aux miliciens sud ossètes. Le 7 août, une partie de la 2ème brigade d'infanterie, les 3ème et 4ème brigade, la brigade d'artillerie (16 000 hommes, 150 chars, la quasi-totalité de l'artillerie géorgienne) sont massés à Gori, à proximité de l'Ossétie du Sud. L'autre partie de la 2ème brigade reste en position à Sénaki, à proximité de l'Abkhazie. Tskhinvali, la capitale sud ossète, est bombardée et prise d'assaut.

Côté géorgien, le bilan de la guerre d'août s'établira comme suit
- destruction de la base militaire de Sénaki, endommagement des bases militaires de Gori et Vaziani, endommagement du port de Poti,
- perte de 30% du matériel de l'armée de terre (dont 80 chars),
- perte de 13 aéronefs de l'armée de l'air (3 Su-25, 2 L-29, 3 An-2, 2 Mi-24, 1 Mi-28 et 2 drones Hermès),
- perte de 19 bâtiments de la marine nationale,
- mort de 222 militaires et policiers, de 228 civils,
- blessure de 2 200 personnes.

Sources multiples dont "Histoire de la Géorgie, la clé du Caucase" de Pierre Razoux.

Notes

:

- (1) La population de la Géorgie est estimée à 4,3 millions de personnes.

- (2) Le programme "US Train and Equip" conduit par 150 conseillers militaires américains a formé, tous les 2 ans, en 2002, 2004 et 2006, 150 officiers et 2 000 soldats géorgiens. Le coût total a été évalué à 250 millions de dollars.

- (3) Les instructeurs allemands et britanniques ont apporté à l'armée géorgienne leur connaissance des standards de l'OTAN.

- (4) Outre la formation d'officiers de gendarmerie, les militaires français ont formés des chasseurs alpins géorgiens.

Retour à [URL : 2868]