Coopération culturelle , scientifique et technique avec la Lituanie
2004-07-27

LA COOPERATION CULTURELLE, SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE AVEC LA LITUANIE.



La Lituanie est l'Etat balte le plus attaché à sa relation avec la France, en raison d'une vieille tradition francophile mais peut-être aussi en raison de l'absence de parrain déclaré pour l'adhésion à l'UE, même si les pays scandinaves et l'Allemagne sont ici très actifs. Nous disposons donc d'atouts réels pour renforcer notre présence dans ce pays, en l'aidant dans la dernière étape de sa préparation à l'entrée dans l'Union, puis dans l'exécution des obligations qui en découleront.

Notre coopération est encore essentiellement tournée vers le soutien au processus d'adhésion. Cette coopération comprend en premier lieu une assistance à la réforme des institutions et des formations à destination des fonctionnaires, des policiers et juristes. Les autres priorités sont le soutien à la modernisation des transports et de l'agriculture, la présence culturelle notamment dans le domaine audiovisuel, et la consolidation des bonnes positions du français.

A la demande déjà ancienne des autorités lituaniennes, un accord de coopération culturelle, éducative, scientifique, technologique et technique a été signé le 4 avril 2003.

1. Coopération européenne (Jumelages PHARE).



Ici comme dans les autres pays candidats, compte tenu de la relative modestie des moyens affectés à la coopération bilatérale, les efforts se portent sur le positionnement de nos compétences dans le cadre des programmes européens. Ceux-ci ont bénéficié en 2002 de 146 M€ pour l'ensemble des instruments de pré-adhésion destinés à la Lituanie, dont 49,5 M€ pour le programme PHARE. En 2003, le budget alloué à ce programme pour la Lituanie est de 52 M€.

Dans ce dispositif, les Jumelages institutionnels PHARE sont au centre de notre attention. Les résultats français y sont satisfaisants, grâce notamment à la nomination à Vilnius, fin 2000, d'un conseiller régional de coopération technique et multilatérale chargé de ces dossiers.

Absents de la première campagne en 1998, nous avons participé à 4 jumelages en 1999, dont 1 comme chef de file, sur l'acquis audiovisuel. Alors que l'exercice 2000 n'avait suscité aucune manifestation d'intérêt française, au cours de la campagne 2001, le triple jumelage Transports (ferroviaire, routier et aviation civile) comprenant 3 conseillers pré-adhésion, a été attribué à notre pays.

En 2002, un jumelage concernant le contrôle vétérinaire - ESB a été confié à la France. Enfin, en février 2003, deux nouveaux jumelages sont venus couronner l'action menée par notre ambassade et les administrations françaises, dans les domaines du renforcement des capacités administratives et de l'amélioration de la gestion de la santé et la sécurité au travail.

2. Coopération bilatérale



La coopération bilatérale est principalement financée sur l'enveloppe attribuée à notre ambassade en Lituanie. S'y ajoutent les crédits destinés au fonctionnement du Centre culturel français de Vilnius ; par ailleurs, 9 projets bilatéraux sont financés en 2003 sur l'enveloppe du Comité interministériel « COCOP », ainsi que 9 projets régionaux franco-baltes.

2. 1. Coopération institutionnelle et technique



Visant à soutenir les efforts de la Lituanie pour son adhésion, tout en plaçant au mieux notre savoir-faire et en valorisant notre image, notre coopération a pour axe principal l'appui aux réformes des administrations et services publics et à la formation des cadres, tant actuels que futurs, formation technique aussi bien que linguistique. Dans ce dernier domaine, un effort important est consenti pour l'enseignement du français aux fonctionnaires : 200 personnes (MAE et tous services administratifs confondus) bénéficient des programmes élaborés à cet effet par le Centre culturel français de Vilnius.

Dans les secteurs techniques, notre coopération met l'accent sur les domaines encore lacunaires liés à la reprise et à la mise en œuvre de l'acquis, qui figurent comme priorités du programme national PHARE : Justice et Affaires intérieures, PAC, transports, agriculture, énergie et audiovisuel. Après un appui soutenu à la formation des gestionnaires de la santé publique, outre une assistance à la préparation du démantèlement de la centrale nucléaire d'Ignalina et une coopération continue avec les services de police, nos efforts se concentrent sur les domaines de l'agriculture et des transports, prioritaires pour la Lituanie dans le cadre des programmes européens.

D'autres domaines, tels que ceux du tourisme et de la formation des interprètes et des traducteurs (importants besoins dans la perspective de l'adhésion) ont fait l'objet de projets régionaux, financés par le Comité interministériel d'orientation, de coordination et de projets (COCOP).

2.2. Coopération linguistique



Pays au tropisme francophile ancien, la Lituanie compte près de 30 000 élèves de français dans le secondaire. Le français leur est enseigné par 450 professeurs dans plus de 300 écoles, tandis que dans le supérieur plusieurs milliers d'étudiants lituaniens apprennent notre langue. Ces indices placent ce pays largement en tête de la région pour ce qui est de l'enseignement du français. Un intérêt nouveau se manifeste pour le français de spécialité, notamment à destination des professionnels et cadres impliqués dans le processus d'adhésion, ainsi qu'au travers de la filière francophone d'ingénierie de la deuxième ville du pays, Kaunas (université technologique), tandis qu'à Vilnius une filière de droit est en gestation.
Initiative révélatrice de ce mouvement, en septembre 1999, la Lituanie a adhéré à la Francophonie en qualité d'observateur. Mais ces succès sont menacés par la pression croissante de l'anglais et par la concurrence également forte de l'allemand (plus de 100.000 élèves dans le secondaire).

En sus des soutiens réguliers apportés par notre ambassade et par le Centre culturel aux établissements et enseignants lituaniens, en étroite concertation avec le Ministère lituanien de l'Education, deux initiatives ont été prises en 2001 et 2002 sur financement COCOP :
- le lancement d'un important programme régional, visant à la mise en place d'un réseau interbalte de formation pour les enseignants de français ;
- la création d'une filière francophone dans le primaire et le secondaire, dans la ville d'Alytus, bastion traditionnel du français en Lituanie.

2.3. Coopération culturelle, universitaire et scientifique



Une présence culturelle dense qui s'appuie sur le dynamisme du Centre culturel de Vilnius, remarquablement situé au cœur de la vieille ville, donne une bonne visibilité à notre action. Une importante manifestation marque la programmation 2003 : une exposition rétrospective consacrée à Henri Cartier-Bresson, présentée au Centre d'Art contemporain de Vilnius.

Ayant bénéficié de l'action menée dans le cadre européen par un CPA français sur l'harmonisation de la législation lituanienne en matière audiovisuelle, notre action bilatérale dans ce domaine a pour but principal le renforcement de notre présence sur les écrans (participation régulière aux festivals de cinéma, rétrospectives françaises, coopération télévisuelle, reprise de CFI) et sur les ondes (présence de RFI 24h/24 en FM à Vilnius et bientôt peut-être dans la deuxième ville du pays, Kaunas).

Les échanges entre universités lituaniennes, principalement celles de Vilnius et de Kaunas, et françaises, notamment celles du Maine, du Pas-de-Calais et de Montpellier, sont nombreux et diversifiés, bénéficiant de financements bilatéraux et communautaires.
En sciences et technologies, des coopérations régulières existent dans certains domaines d'excellence de la Lituanie, qui correspondent aux intérêts de nos laboratoires, tels que la physique des lasers, les semi-conducteurs, la biochimie. Pour dynamiser ces relations et mieux les inscrire dans les réseaux européens, un Programme franco-lituanien d'actions intégrées (PAI) vient d'être mis en place.


3. Coopération non gouvernementale et décentralisée.



De nombreuses actions d'assistance humanitaire, d'échanges culturels et linguistiques, et, dans une moindre mesure, de coopération technique, sont menées par des collectivités territoriales et des associations françaises d'amitié avec la Lituanie. Parmi elles, l'association Pharmaciens sans Frontières - Drôme est particulièrement active, avec à son actif de réguliers et très volumineux dons de médicaments (plus d'un million d'euros depuis 1990) et une assistance à la formation et à la mise en place d'une agence lituanienne du médicament. Ces associations sont groupées en France au sein de la « Coordination France-Lituanie ».

Dans le domaine de la coopération décentralisée, le partenariat le plus actif est celui qui lie Grenoble à Kaunas, dans le cadre d'un jumelage signé en 1999, un temps en veilleuse et actuellement redynamisé.



Source :

Ministère des Affaires Etrangères, Direction générale de la coopération internationale et du développement, Service de la coordination géographique, Département Europe (Lettre du 8 avril 2003)