Serbie : le patriarche orthodoxe Pavlé (1914-2009)
2013-01-03

Le patriarche de l'Eglise orthodoxe de Serbie, Pavlé, est décédé le 15 novembre 2009 à Belgrade, à l'âge de 95 ans. Le président Boris Tadic et les plus hautes autorités du pays ont assisté à l'office religieux célébré le jour même en la cathédrale Saint Sava de Belgrade. Sa dépouiile y était exposée et une foule considérable de Serbes s'y est rendue. Les obsèques auront lieu au monastère de Rakovica, jeudi 19 novembre. Un deuil national de trois jour a été déclaré.

Le parcours ecclésiastique



Né à Kucanci, petit village de Slavonie (1), le 11 septembre 1914, Gojko Stojcevic rejoint le séminaire de Sarajevo, puis la Faculté de théologie othodoxe de Belgrade en 1940. Il entre en 1944 au monastère de Raca et prononce en 1948 ses voeux, prenant le prénom de Paul ("Pavlé") en référence à l'apôtre. Il enseigne à partir de 1950 au séminaire de Prizren, est ordonné prêtre en 1954 et va compléter sa formation théologique à Athènes. Il devient en 1957 évêque de Raska et Prizren, diocèse incluant le Kosovo. Il dénonce régulièrement les exactions dont sont victimes les églises et les monastères orthodoxes et agace le régime de Tito. Il sera même roué de coups et devra rester trois mois à l'hôpital : les violences seront attribuées à de jeunes Albanais.

Le patriarcat de Pavlé



Le 1er décembre 1990, il est élu patriarche, avec le titre de "Patriarache de Pec", au Kosovo : l'Eglise orthodoxe de Serbie (2) règne sur les communautés serbes des Balkans.

Il appelle à la paix et à la conciliation durant l'éclatement de l'ex-Yougoslavie et lors des conflits ethniques qui opposent les orthodoxes serbes aux catholiques croates et aux musulmans bosniaques, mais ne condamne pas le nationalisme extrémiste serbe : un fort courant de proximité avec le régime de Slobodan Milosevic existe au sein de son épiscopat et l'en empêche.

S'il sait résorber en 1992 la séparation d'une partie des orthodoxes serbes datant de 1963, il doit se résoudre à celle de l'Eglise orthodoxe du Monténégro et à une partie de l'Eglise orthodoxe de Macédoine. Il vit avec douleur l'indépendance du Kosovo, son ancien évéché,et le départ des Serbes (3).

A partir de 2006, gravement malade, il est régulièrement hospitalisé à l'hôpital de l'Académie militaire de Belgrade : il demande à être relevé de ses fonctions.

Théologien et linguiste, ascète, modeste et humble, ces qualificatifs et ces qualités lui sont généralement reconnues.

Des élections difficiles pour un nouveau patriarche



En novembre 2007, l'Eglise orthodoxe de Serbie désigne à titre intérimaire le métropolite Amfilohije, du Monténégro, plus ancien des évêques et chef de file de l'aile nationaliste, pour suppléer au patriarche. Elle reste traversée de courants contradictoires, notamment celui des "jeunes" évêques réformateurs qui rendra difficile l'élection du nouveau patriarche sous 40 jours.


Notes

:

(1) La Slavonie faisait partie de l'Empire austro-hongrois, elle fait aujourd'hui partie de la Croatie.

(2) [URL : 2766]

(3) Le Kosovo, aujourd'hui séparé de la Serbie, est le berceau historique de l'Eglise orthodoxe de Serbie.