Nodar Odichélidzé, président de l'Association géorgienne en France de 1994 à 1997
2012-11-02

Guy Odichélidzé

Nodar Odichélidzé est né en France d'un père géorgien, Georges Odichélidzé, officier dans la Légion étrangère française (1).

Les études, le mariage



Après ses diplômes de Sciences économiques et un MBA Insead, il se marie avec Irène Tsitsichvili de Panaskhet : ils auront deux enfants.

La carrière professionnelle



Il est tour à tour secrétaire de rédaction à France Soir, chargé de marketing chez BSN, responsable du développement des filiales françaises bâtiment de PPG industries, directeur conseil et formation du CNOF.

En 1996, il crée Montréal Développement, où il intervient comme consultant formateur dans les domaines du management, du marketing et de la communication, ainsi que dans celui du développement de la valeur professionnelle des hommes et des organisations.

Un mandat présidentiel de 1994 à 1997



Il est élu président de l'AGF en 1994, et assure les commémorations des dates historiques géorgiennes, 26 mai 1918 (restauration de l'indépendance), février 1921 (hommage aux victimes de l'invasion par les armées de la Russie soviétique), août 1924 (hommage aux victimes de l'insurrection nationale).

En 1996, avec sa femme Irène, il promouvoit en France la revue trimestrielle "La Géorgie francophone", éditée à Tbilissi, dont l'un des articles phares est l'interview de Mme Chévardnadzé.

Il est président de l'AGF lors de l'assemblée générale du 25 janvier 1997, au cours de laquelle un clivage important apparaît entre membres favorables au président Chévardnadzé et membres non favorables.

Il adresse le 28 janvier 1997 une lettre à l'ambassadeur de Géorgie en France lui demandant d'informer le président du soutien de la communauté géorgienne en France des autorités de la République de Géorgie, mais de sa désapprobation de la pratique de la torture et de son approbation de la demande d'éradication formulée par les Nations unies.

D'autres actions en faveur de la cause géorgienne



A partir de 2004, il participe à la commission des anciens présidents de l'Association géorgienne en France constituée pour la restitution à l'Etat géorgien du "château de Leuville-sur-Orge (2), à la demande des héritiers, et des mandataires, porteurs de parts de la Société civile immobiliaire propriétaire.

Il apporte régulièrement des compléments de formation professionnelle aux jeunes géorgiens en cours d'étude dans l'enseignement supérieur français.

M.M.

Notes



- (1) Son père Georges Odichélidzé commande en mai 1940, avec le grade de capitaine, un bataillon géorgien de 160 à 180 hommes de l'armée française du Levant, stationné à Barcarès dans les Pyrénées Orientales et destiné à intervenir dans le Caucase : la défaite française de juin 1940 met fin à ce projet.

[URL : 3634]

.

Son grand-oncle fut général géorgien dans l'armée de l'Empire russe, puis général en chef de l'armée de la Ière République de Géorgie.

- (2)

[URL : 1816]

.

Sources multiples



- archives familiales,

- "Des Géorgiens pour la France. Itinéraires de résistance" de Françoise et Révaz Nicoladzé,

- "Les combats indépendantistes des Caucasiens entre URSS et puissances occidentales. Le cas de la Géorgie" de Georges Mamoulia,

- Websites dont "comundi" et "bayspringpartners"
.

Retour à [URL : 1615]