La présence associative française en Arménie (2003)
2012-04-10

La présence associative française en Arménie



Les associations françaises sont davantage présentes en Arménie que dans les autres Etats du Caucase, pour deux raisons majeures :
- La diaspora arménienne, comme nous l'avons vu, est très solidaire avec la population de son pays de référence
- Le tremblement de terre de 1988 a créé un grand élan de solidarité parmi le public français, en dehors même de la diaspora arménienne

Il n'est pas aisé de dresser un bilan exhaustif de cette présence. Le Colisée estime à 150 environ le nombre d'associations françaises qui ont des liens, de près ou de loin avec l'Arménie, dont environ 120 sont en lien direct avec la diaspora. Beaucoup d'actions en faveur de ce pays sont des micro-projets bilatéraux qui n'ont pas toujours beaucoup de visibilité.

L'ambassade de France à Erevan, à la demande du Ministère des Affaires Etrangères, a tenté de dresser, en 1988 un premier inventaire, que voici :

- Aznavour pour l'Arménie a, dans les années précédentes, apporté des aides de terrain, notamment en fournissant à des familles défavorisées du mazout destiné au chauffage ou en assumant le coût des factures d'électricité à l'orphelinat de Vanaszor. Tout en continuant ses aides d'urgence pour faire face aux situations dramatiques qui lui sont soumises, l'association s'oriente à présent vers la rénovation de certaines infrastructures éducatives. Ainsi, en 1997, l'association a-t-elle financé des travaux de réhabilitation dans 8 écoles d'Erevan et de province.

- OURARTOU-EPA, anciennement Energie pour l'Arménie, a pour objet de favoriser le développement du potentiel électrique de l'Arménie, en intervenant notamment sur les micro et mini centrales hydroélectriques du pays. À ce titre, elle contribue d'une part à l'accès des populations rurales à un meilleur confort et au redémarrage.

Courriel : [URL : ourartou@wanadoo.fr] - Site Internet : [URL : http://perso.wanadoo.fr/ourartou/axor.html]- Président : M. Philippe TAHMAZIAN

Mis à jour le 17 septembre 2003

- Le GIIA (Groupement Interprofessionnel International Arménien) a mis en place des actions dans les domaines de la formation (initiation à l'économie de marché auprès des entreprises et décideurs arménien)s, de l'enseignement, de la construction (réhabilitation de bâtiments publics et d'immeubles d'habitation), des relations économiques entre la France et l'Arménie et de la coopération inter-universités.

- Le GREF (Groupe des retraités éducateurs sans frontières)

- Médecins Sans Frontières - France, en collaboration assez étroite avec MSF - Belgique (dont elle partage les locaux) développe 4 projets principaux : un centre pour lutter contre la tuberculose au Haut - Karabagh ; la réhabilitation de l'hôpital de Stepanakert, ainsi que celui des trois dispensaires périphériques auxquels sont également donnés des médicaments ; le soutien aux "enfants des rues" en liaison avec le comité intergouvernemental chargé de ce problème ; programme MST - Syphilis.

- Solidarité Protestante France - Arménie, présente depuis 1992, a contribué tout d'abord à la mise en place de programmes de soutien alimentaire et de dons de médicaments dans le secteur géographique de Gumri, épicentre du tremblement de terre de 1988. Aujourd'hui, elle apporte une aide sanitaire aux populations de certaines régions, s'occupe de camps de jeunesse, participe à des échanges de jeunes et apporte des aides en nature et financière aux familles nécessiteuses.

- L'association Spiurk - Arménie envoie des médicaments, vêtements et divers matériels (hospitalier, pédagogique...)

- De nombreuses associations plus ou moins grandes sont en outre établies soit sur une base soit géographique (exemple : Association des Arméniens d'Aix-en-Provence), soit professionnelle (exemple : UMAF, Union Médicale Arménienne de France, Association de Médecins d'origine arménienne), soit confessionnelle, soit de coopération décentralisée (Mairie de Créteil par exemple) qui agissent à travers des actions ponctuelles d'aide dans un grand nombre de domaines. Parmi les principales, on peut citer l'UGAB (Union Générale Arménienne de Bienfaisance), la Croix Bleue des Arméniens de France, le Fonds Arménien de France ou la branche française du Fonds arménien Hayastan, sorte de holding pyramidal chargé de collecter des fonds dans le monde entier, etc. À Erevan, quelques associations sont animées par des français (Association du 7 décembre 1988 et Espoir pour l'Arménie).



(

Source

: recensement des ONG françaises conduisant des programmes de coopération ou d'urgence dans les pays de l'Est de l'Europe, du Caucase et de l'Asie centrale (établi à partir d'éléments fournis par les ambassades).

Ministère des Affaires Etrangères. Mission de liaison avec les ONG. (Version du 15 juin 1998)