Les Arméniens en tête des demandeurs d'asile en provenance du Caucase du Sud (2009)
2012-12-18

Des demandes d'asile différenciées selon les pays



L'Arménie détient le record des demandes d'asile en France, pour les pays du Caucase du Sud. L'OFPRA attribue les 2 778 cas à trois critères principaux,

- les conséquences de la répression politique qui a suivi les élections de mars 2008 et l'insécurité que connaîtrait les membres des partis d'opposition,

- les conflits ethniques entre population arménienne et population azérie (la guerre arméno-azerbaïdjanaise des années 1990 concernant le Haut-Karabagh n'a toujours pas trouvé d'armistice officiel),

- la situation précaire de l'ethnie yézide sur le territoire arménien (1).

L'Azerbaïdjan arrive en seconde position avec 628 demandes d'asile. L'OFPRA propose deux explications,

- les conflits ethniques entre population azerbaïdjanaise et population arménienne (la perte de la province du Haut-Karabagh et l'expulsion des populations azerbaïdjanaises qui a suivi reste pour l'Azerbaïdjan une situation "provisoire"),

- les difficultés de l'opposition politique (2).

La Géorgie ferme la marche avec 445 dossiers de demande d'asile en France, pour 2009. L'OFPRA attribue ce relatif "tassement"

- aux conséquences ethniques des conflits sud-ossètes et abkhazes (la perte de ces deux provinces et l'expulsion des populations géorgiennes qui a suivi reste pour la Géorgie une situation "provisoire"),

- aux difficultés de l'opposition politique, bien que ce critère semble moins peser.

Une population respective sous protection de l'OFPRA du même ordre



Au 31 décembre 2009, 2 803 citoyens arméniens, 2 105 citoyens géorgiens et 2 094 citoyens azerbaïdjanais se trouvaient sous la protection de l'OFPRA (3).

*

Ces statistiques ne doivent pas masquer la disparité des différentes diasporas en France, plusieurs centaines de milliers pour la diaspora arménienne (souvent issue des territoires aujourd'hui en Turquie, datant du génocide turc et de l'invasion soviétique), de l'ordre d'une dizaine de milliers pour la diaspora géorgienne (à l'origine datant de l'invasion soviétique) et de l'ordre de quelques milliers pour la diaspora azerbaïdjanaise.

Notes :

(1) [URL : 3047]

(2) [URL : 3048]

(3) [URL : 3046]

.