Russie : déploiement et vente de missiles dans le Sud Caucase (octobre 2010)
2013-12-26

Le mois d'août 2010 a vu l'annonce du déploiement de missiles russes antiaériens en Abkhazie (S-300) et en Ossétie du Sud, la confirmation de l'implantation et de la vente à l'Azerbaïdjan de ces mêmes S-300.

Si après la guerre russo-géorgienne d'août 2008, le message de Moscou à Bakou, Erevan et Tbilissi était clair "rien ne se décidera au Sud Caucase sans l'accord de la Russie", cette fois le message s'adresse à Ankara et à Téhéran.

La Turquie, membre de l'Otan, est "avertie" par la présence de missiles à 20 kilomètres de sa frontière : la normalisation des relations turco-arméniennes devra exclure la question du Haut Karabakh qui reste sous protection de la Russie, comme l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud.

L'Iran est également "averti" : après une attaque éventuelle internationale, serait-il tenté de riposter vers le territoire russe que les missiles antiaériens S-300 déployés au Sud Caucase neutraliseraient ses velléité.

Quelques mois après la prolongation du bail de sa base navale à Sébastopol en Ukraine et avant l'équipement de sa marine en navires de guerre occidentaux, la Russie contemporaine essaie de devenir incontournable dans cette région du monde. Elle reprend ainsi la stratégie pratiquée par les empires ottomans et perses durant deux millénaires, par les empires tsaristes et soviétiques durant deux siècles.

*

L'Iran contemporain, empêtré dans ses problémes internes et par les menaces qui pèsent sur lui à cause des recherches secrètes sur l'arme nucléaire, ne peut rester indifférent à la stratégie de son concurrent économique pour les hydrocarbures et de son concurrent politique pour le contrôle de la région.

La Turquie contemporaine, empêtrée dans ses relations avec l'Union européenne, a déjà réagi économiquement car elle est devenue le premier partenaire économique de l'Azerbaïdjan et de la Géorgie, et souhaite ouvrir ses échanges avec l'Arménie. Il lui reste à réagir politiquement, freinée au sein de l'Otan non seulement par l'Allemagne et la France, mais aussi par les Etats-unis.

De toute évidence, la Russie marque des points dans le Sud Caucase depuis deux années, cela profitera-t-il au développement de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan et de la Géorgie ?

Voir aussi

:

- [URL : 3124]

- [URL : 3125]

- [URL : 3122]

- [URL : 3123]

- [URL : 3002]

- [URL : 2883]