La Géorgie victime du rapprochement russo-américain (WIKILEAKS, janvier 2011)
2011-08-06

Parmi les centaines de milliers de documents publiés par le site Internet WIKILEAKS, et repris en partie par quatre journaux de la presse internationale de référence, figurent des dépêches diplomatiques américaines échangées de 2007 à 2010. Elles permettent de reconstituer un scénario de relations américano-géorgiennes sensiblement différent de la version officielle.

Le 12 juin 2007, le sous-secrétaire d'Etat américain informe un conseiller du président français de la position américaine : "La Géorgie ne doit pas créer de tension avec la Russie".

Le 13 juin, le président français rencontre le président géorgien, lui assure son plein soutien et prend la même position que la position américaine.

Fin juin, le sous-secrétaire d'Etat américain et le président géorgien ont un entretien : le soutien américain à l'indépendance du Kosovo inquiète la partie géorgienne, elle craint que la Russie ne s'appuie sur ce précédent afin de reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie. Le président géorgien estime que la Russie se moque de l'Ossétie du Sud et attend que la Géorgie résolve silencieusement la question, à en croire les propos que Vladimir Poutine lui aurait tenus.

Le 8 février 2008, l'ambassade géorgienne rassure Washington : "Le processus d'adhésion de la Géorgie à l'OTAN ne sera pas compromis par une quelconque action".

Le 8 août, après l'éclatement du conflit entre la Géorgie et l'Ossétie du Sud, puis l'entrée des troupes russes sur le territoire géorgien, l'administration du président américain sortant se cantonne dans un rôle d'observateur.

Le 11 août, la ministre des Affaires étrangères israélienne informe son homologue russe qu'Israël a cessé de livrer des matériels militaires à la Géorgie depuis une semaine (1).

Le 13 août, l'ambassade américaine à Varsovie se fait l'écho de l'analyse du chef d'Etat Major militaire polonais : "Le président géorgien a fait le jeu de la Russie en engageant une action militaire en Ossétie du Sud" . Il estime également qu'il a été manipulé par des agents russes, peut-être même dans son entourage direct.

Le 17 juin 2009, l'ambassade américaine à Tbilissi fait état d'une part de la relance diplomatique américano-russe et d'autre part d'une assistance militaire à la Géorgie sans livraison d'équipement, selon les voeux du nouveau président américain.

Le 18 février 2010, la même ambassade américaine à Tbilissi rapporte que le président géorgien se dit préoccupé par la limitation de la coopération militaire américaine en Géorgie et par le récent engagement américain auprès de Moscou.

Source principale WIKILEAKS par l'intermédiaire du journal Le Monde.



Note

:

(1) Le ministre géorgien de la Défense de l'époque possède la double nationalité israélienne et géorgienne et a obtenu d'Israël la livraison à la Géorgie de différents matériels militaires, dont des drones (avions sans pilotes) qui gênent l'avancée de l'armée russe sur le territoire géorgien.