Ouzbékistan : le Président Karimov à l'OTAN et à la Commission européenne
2011-02-14

L'OTAN



Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'OTAN, a reçu le 24 janvier 2011 à Bruxelles le président de l'Ouzbékistan (1), Islam Karimov (2).

Depuis 2009, l'Ouzbékistan offre à l'OTAN des facilités de transit aux forces armées engagées en Afghanistan et est à ce titre "un partenaire".

La Commission européenne



José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a reçu ce même jour le président Karimov : un accord de principe a été conclu afin de renforcer la coopération dans le domaine de l'énergie entre l'Ouzbékistan et l'Union européenne.

Cette dernière cherche depuis plusieurs années a diversifié ses sources d'approvisionnement de gaz, dépendantes de la Russie : le projet NABUCCO (3) devant acheminer le gaz de la mer Caspienne vers l'Europe, via l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, se verrait renforcé s'il bénéficiait des gisements du Turkménistan et d'Ouzbékistan.

Protestations



Human Rights Watch (HRW), la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), des dissidents ouzbeks ont protesté contre ces visites, accusant le régime d'Islam Karimov "de viols systématiques des droits humains et politiques -(4) et (5)-, de corruption et de liens avec le crime organisé".


Notes



(1)

[URL : 191]



(2)

[URL : 2478]



(3)

[URL : 2911]



(4) Selon Mutabar Tadjibaieva, une dissidente, une quarantaine de détenus politiques seraient morts de sévices dans les prisons ouzbekes en 2010.

(5) Les massacres d'Andijan (500 à 1500 morts), en 2005, n'ont pu faire l'objet d'aucune enquête internationale.