Russie : perte de 24 millions d'habitants d'ici 2050
2011-02-25

Selon une étude de l'agence de notation américaine Standard & Poor's, publiée le 11 février 2011, la Fédération de Russie

- comptait 140 millions d'habitants en 2010,

- comptera 116 millions d'habitants en 2050,

soit une perte de 24 millions d'habitants consécutive à la crise démographique qui traverse le pays depuis une vingtaine d'années.

Les personnes âgées de plus de 65 ans représentaient 13% de la population totale en 2010 et représenteront près de 25% en 2050.

La population active diminuera de 12%.

Des conséquences ethniques et économiques



Les conséquences devraient en être de deux ordres, en termes migratoires et en termes économiques.

- En termes migratoires, les populations de l'espace post-soviétique qui vivent souvent de revenus inférieurs aux revenus moyens russes seraient encore plus tentées de rejoindre une Fédération de Russie manquant de main d'oeuvre : musulmanes lorsqu'elles proviennent d'Asie centrale, elles prendraient une place importante aux côtés des populations d'ethnie slave, chrétiennes orthodoxes.

- Des problèmes devraient également apparaître pour l'économie russe, -structurellement orientée vers l'exportation de matières premières épuisables (gaz, pétrole, métaux, ...) et vers l'importation croissante de produits manufacturés- avec l'émigration des catégories les plus éduquées et les plus aisées, qui fuiraient les risques de "décrochage" du niveau de vie moyen russe.

Scénario catastrophe



Ce scénario catastrophe, régulièrement avancé par les "Think Tank" et autres cercles de réflexion occidentaux, est régulièrement démenti par les autorités russes et les groupes d'études associés. Il n'en demeure pas néanmoins vrai qu'une crise démographique touche la société russe : son ampleur tout au long du XXie siécle est difficilement prévisible.