Russie : le projet d'autoroute entre Moscou et Saint Pétersbourg, par la forêt de Khimki (juillet 2011)
2012-12-21

Le 2 mai 2011, à l'occasion de l'assemblée générale de VINCI, la chef de file du "Mouvement pour la forêt de Khimki", Evgenia Chirikova, s'est déplacée à Paris afin de demander aux actionnaires du groupe français de faire abandonner le projet. Le texte ci-dessous a été diffusé.

La forêt de Khimki

: c'est

- plus de 1000 ha de forêt, au nord de Moscou, faisant partie de la ceinture verte de la mégalopole, considérée comme un poumon de la ville,

- une biodiversité unique pour la région, cerfs, renards, cenelliers, oiseaux, insectes, plantes,

- diverses zones humides, rivière Kliazma, forêt de marronniers et châtaigners (Zones en cours de conversion en territoires régionaux protégés).

Le projet d'autoroute payante Moscou - Saint Pétersbourg : une menace pour la forêt de Khimki



Le premier tronçon (15e au 58e km) traverse la forêt de Khimki en reliant l'aéroport international Cheremetièvo 1 et 2.

L'urbanisation de la zone (création d'hôtels, centres commerciaux et de loisirs autour de l'autoroute) conduirait à la destruction de 80% de la forêt et à sa disparition.

Le budget de l'opération est de 1,8 milliards d'euros, soit trois années de bénéfice potentiel d'exploitation.

Les acteurs du projet



La réalisation a été confiée au groupement North West Concession Company LLC (NWCC) à participation paritaire entre les acteurs russes et VINCI.

La partie russe compte des proches de Vladimir Poutine, dont le ministre des Transports, également membre du Conseil d0administration de l'aéroport Cheremetièvo.

Le nettoyage de la forêt a été confié à des entreprises sous-traitantes, mais reste sous contrôle de NWCC.

La mobilisation contre le projet



La mobilisation a commencé en 2007, menée principalement par les habitants de Khimki réunis en "Mouvement pour la défense de la forêt de Khimki". Une pétition a recueilli 20 000 signatures dans 161 pays (1). Aujourd'hui, la mobilisation bénéficie d'une grande médiatisation et du soutien d'artistes (concerts).

En Russie, le mouvement de Khimki fait partie de "la Coalition pour les forêts de la région de Moscou" qui compte parmi ses membres Greenpeace Russie et WWF Russie. Il est soutenu par le Parlement de Moscou et le ministre de ressources naturelles de la Russie.

Au niveau international, le mouvement est soutenu par Bankwatch, Transparency International et le Parti Vert européen, plus récemment par Change.org et Avaaz. (Transparency International a dénoncé une forte corruptibilité du projet).

Les militants sont régulièrement sévèrement réprimés, emprisonnés, violemment agressés. Trois journalistes ont été violentés après des articles sur Khimki, dont un est encore aujourd'hui dans un état grave.

Les alternatives



Les militants ne s'opposent pas à l'idée de l'autoroute, mais demandent une modification du tracé.

Une commission indépendante a déterminé 11 projets alternatifs qui ne menaceraient pas la forêt de Khimki.

Note (1)

: pétition disponible sur le site change.org

[URL : http://www.change.org/petitions/save-khimki-forest-stand-with-russias-human-rights-and-environmental-activists]