Afflux de touristes français en Géorgie (août 2009)
2013-12-08

par Eric Fournier

Si vous ne l'avez pas encore remarqué, cela ne saurait tarder : on les voit un peu partout, depuis quelques semaines, depuis les plaines vallonnées de la Kakhétie jusqu'aux pentes abruptes de la Svanetie, ces touristes français qui viennent découvrir la Géorgie.

Certains d'entre eux ont peut-être lu le portrait de Catherine Simonidze, l'héroïne géorgienne de Louis Aragon, dans les Cloches de Bâle, qui donnerait à tout lecteur l'envie brûlante d'aller y voir de plus près : « Toutes les légendes amassées sur l'origine des hommes et l'Iran et les paradis terrestres et le Caucase au front duquel se seraient suspendus des bateaux, toutes les explications mythiques des puissance des hommes blancs de l'Inde aux mers armoricaines, viennent sombrer dans le noir orient de ses cheveux ». D'autres auront tout simplement eu envie de découvrir cette terre étonnante, après le drame qu'elle a subi l'été dernier.

J'ai ainsi rencontré, la semaine dernière, huit spéléologues de la région Rhône-Alpes, en faisant l'ascension du mont Kazbek (5047 mètres). Le plus jeune avait treize ans, et s'apprêtait à découvrir, après avoir conquis l'un des plus hauts sommets du Caucase, les charmes du « canyoning ». Cette joyeuse équipe d'aventuriers avait minutieusement préparé son voyage, y compris en prenant contact avec l'ambassade pour s'assurer qu'elle ne courrait aucun danger. Deux jours plus tard, c'était un jeune cycliste de Gap, tout seul, du haut de ses 18 ans, que je découvrais en pleine méditation devant l'une des plus belles églises du pays, située sur un piton rocheux surplombant la dernière vallée géorgienne avant la frontière russe.

Il y a aussi cette famille de médecins, qui a choisi de parcourir la région en famille en camping car. Présente au concert de Laurent de Wilde en juin, elle en est à son deuxième voyage en Géorgie. Une mention spéciale enfin pour ce couple de cyclotouristes chevronnés, Bruno et Isabelle Frebourg, qui ont entamé leur tour du monde il y a trois ans, et qui reçoivent partout un accueil chaleureux.

Voici donc un mois de juillet paisible, preuve supplémentaire qu'il n'y a pas d'hésitation possible pour ceux qui hésiterait encore : touristes en mal d'aventures, suivez à votre tour les traces de ces aventuriers français qui, depuis Jean Chardin au XVIIe siècle et Alexandre Dumas, jusqu'à ces jeunes spéléologues, parcourent les routes du Caucase !


Voir aussi [URL : 2572]