Bosnie-Herzégovine : succès pour la diplomatie européenne (2011)
2013-01-15

Déclaration du ministère français des Affaires étrangères (16 mai 2011)

Lors de son déplacement en Bosnie-Herzégovine les 5 et 6 mai derniers, Catherine Ashton a obtenu l'engagement des autorités de Republika Srpska d'annuler le référendum prévu dans cette entité. La Haute représentante, dont nous n'avons cessé de soutenir les efforts, a ainsi obtenu un résultat très positif. Cet engagement doit être encore confirmé par le retrait effectif du projet de referendum par l'entité bosno-serbe dans les prochains jours.

Cette initiative bienvenue de Mme Ashton marque de manière tangible que l'UE s'impose dorénavant comme le principal acteur en Bosnie-Herzégovine. La stratégie renouvelée pour la Bosnie-Herzégovine dans laquelle l'Union européenne s'est engagée est donc la bonne. Elle doit être parachevée pour prendre tous ses effets. Le recours aux "pouvoirs de Bonn" a été inutile à l'occasion de cette crise. Ceci nous paraît une bonne chose ; elle correspond à l'évolution en cours de la présence internationale en Bosnie-Herzégovine.

Cette crise aujourd'hui surmontée, nous exhortons de nouveau les dirigeants bosniens à se mettre au travail, c'est-à-dire s'atteler très vite et de manière responsable à la formation du gouvernement central du pays. Le statu quo qui prévaut depuis trop longtemps maintenant a fait prendre à la Bosnie-Herzégovine un sérieux retard sur la voie de son rapprochement européen et c'est la population bosnienne dans son ensemble qui en subit malheureusement les conséquences.