3ème anniversaire de la guerre entre la Russie et la Géorgie (août 2011)
2012-06-13

Trois années après le déclenchement des hostilités entre la Fédération de Russie et la Géorgie, un constat de gel de la situation doit être fait.

Entre l'analyse faite en août 2010 et l'analyse qui pourrait être faite en août 2011, la situation n'a pas changé. Il suffit de revenir 12 mois en arrière :

"

[URL : 3109]

".

Les entretiens de Genève entre la Fédération de Russie et la Géorgie, sous l'égide des Nations Unies de l'OSCE et de l'UE, aboutiront-ils un jour à des résultats pratiques ?

L'Abkhazie et l'Ossétie du Sud seraient-elles vouées à rejoindre la Fédération de Russie et à accueillir des bases militaires fortes de plusieurs milliers d'hommes, de plusieurs centaines de blindés et de plusieurs dizaines de lance-missiles au mépris du droit international ?

Les populations expulsées de ces régions pour raison ethnique, quelques trois cent mille personnes, seraient-elles vouées à ne plus jamais retrouver leurs terres d'origine au mépris des engagements internationaux ?

La seule espérance pour les peuples du Caucase, Nord et Sud confondus, serait-elle l'éclatement de la Fédération de Russie menacée par une décroissance démographique dramatique de l'ethnie slave ?

Ces questions, que l'on aurait souhaitées d'un autre siècle, ne trouvent pas plus réponse aujourd'hui qu'hier.

La désespérance des peuples du Caucase, Nord et Sud confondus, pourraient conduire à la généralisation d'actes extrêmes comme ceux qui accompagnent la question tchétchène depuis deux décennies.

La force militaire n'a jamais rien résolu, pourquoi en serait-il différent au XXIème siècle ?

[URL : 2868]