Géorgie : 4 photographes condamnés pour espionnage au profit de la Russie (août 2011)
2012-02-28

Communiqué officiel, Tbilissi, 22 juillet 2011.

Les quatre photographes bénéficient d'une libération conditionnelle après avoir plaidé coupable d'espionnage.
Le tribunal de Tbilissi valide l'accord de plaidé coupable. Le bureau du Procureur rend public de nouveaux éléments
.

Le 22 juillet 2011, le tribunal de Tbilissi a validé l'accord de plaidé coupable passé par les quatre photographes inculpés d'espionnage avec le bureau du Procureur. Au cours d'une audience publique, les quatre photographes, accompagnés de leurs avocats, ont réitéré leurs aveux. Zurab Kurtsikidze a été condamné à une peine de trois ans avec sursis, Giorgi Abdaladze et Irakli Gedenidze à quatre ans avec sursis et enfin 18 mois pour Natia Gedenidze. Ils ont tous été immédiatement remis en liberté.

Zurab Kurtsikidze, Giorgi Abdaladze, Irakli Gedzenidze, et Natia Gedenidze, avaient été arrêtés le 7 juillet et inculpés d'espionnage selon l'article 314 du Code pénal géorgien.

Une enquête du bureau du procureur a établi que Zurab Kurtsikidze et Giorgi Abdaladze ont été, à différents moments, recrutés par le service des renseignements militaires russes (GRU) ; avec l'aide d' Irakli Gedzenidze, et Natia Gedenidze, ils ont illégalement obtenu des documents classifiés, contenant des secrets d'Etat et autres informations confidentiels, les transmettant ensuite au GRU en échange d'argent.

Les preuves obtenues durant l'enquête contiennent des copies électroniques de documents confidentiels, provenant des ordinateurs personnels des accusés ainsi que de d'autres dispositifs de stockage, des relevés d'appels et de leurs témoignages, obtenus en présence de leur avocat.

Le bureau du Procureur a accepté l'accord de plaidé coupable, eu égard au fait que les accusés ont avoué leur crimes, ont coopéré à l'enquête et ont partagé des informations importantes sur la sécurité nationale de la Géorgie, notamment sur l'identité d'autres citoyens géorgiens travaillant pour le GRU, les modes opératoires et les moyens de communications utilisés par les réseaux d'espionnage russes en Géorgie, ainsi que d'autres informations. L'accord a, par la suite, été transmis au tribunal de Tbilissi.

Des éléments additionnels rendus public



A la lumière de l'intérêt public pour cette affaire, le bureau du Procureur a décidé de rendre public les éléments additionnels de l'enquête, notamment les copies annotées de nombreux documents classifiés récupérés sur les ordinateurs personnels et autres dispositifs de stockage de Zurab Kurtsikidze, Giorgi Abdaladze et Irakli Gedzenidze, ainsi que des relevés d'appels entre les téléphone portable de Zurab Kurtsikidze et des numéros appartenant à deux officiers du GRU, Anatoly Sinitsin et Sergey Okrokov. Certaines parties du texte ont été noircies afin de garantir la confidentialité des éléments classifiés. D'autres documents, notamment les plans du Palais présidentiel, ne peuvent être publiés en raison de la sécurité nationale.

Au cours de la perquisition de l'appartement et des effets personnels d'Irakli Gedenidze, les enquêteurs ont trouvé des copies électroniques des documents confidentiels relatifs à la visite officielle du président estonien Toomas Hendrick Ilves en Géorgie, du 4 au 6 juillet 2011, et contenant les informations sur les mesures de sécurité prises en commun par le ministère de l'Intérieur et le Service spécial de protection d'Etat. Gedenidze détenait également des documents contenant des listes de tous les agents d'entretien du Palais présidentiel, ainsi que des employés d'une société de construction.


Dans l'appartement de Giorgi Abdaladze, les enquêteurs ont trouvé des copies électroniques de transcriptions sténographiques des réunions tenues en Géorgie du 13 au 14 juillet 2011, entre le ministre azerbaidjanais des Affaires étrangères, Elmar Mamediarov, et le président Mikheïl Saakaschvili, le Premier ministre Nika Gilauri et le ministre des Affaires étrangères Grigol Vashadze. Abdaladze avait également en sa possession des listes des citoyens Géorgiens employés aux Nations Unies, à l'OSCE et au Conseil de l'Europe.

Les copies électroniques saisis à Gedenidze et Abdaladze ont également été découvertes par les enquêteurs parmi les fichiers personnels de Kurtsikidze. De plus, Kurtsikidze détenait des copies de documents contenant des plans d'action communs du ministère de l'Intérieur et du Service spécial de protection d'Etat.

Les relevés d'appels téléphoniques montrant que le numéro de téléphone portable de Zurab Kurtskidze (99 496255) entrait en contact avec des numéros les officiers du GRU Anatoly Sinitsin (99 954162) et Sergei Okrokov (99 987426) ont été obtenus suite à une décision du juge du Tribunal municipal de Tbilissi, Giorgi Arevadze (ordre 3965/11-S).

Les enquêteurs ont déterminé qu'en 2004, le GRU a donné à Kurtsikidze un numéro de téléphone mobile (99 496255), enregistré en juin 2004 au nom d'un citoyen Géorgien Medea Changaladze (né en 1938 dans la ville de Gori). En avril 2006, Kurtsikidze a réenregistré ce numéro à son nom. Les numéros de téléphone utilisés par les officiers du GRU Sinitsin et Okrokov (respectivement 99 954162 et 99 987425) ont été confirmés par les preuves recueillis dans l'affaire pénale (num. 051250) lancée en 2005 par le ministère géorgien de l'Intérieur, qui incluait les relevés des appels téléphoniques faits par Sinitsin et Okrokov à partir de ces numéros. Sinitsin est recherché par les autorités géorgiennes pour avoir organisé un acte terroriste dans la ville de Gori en février 2005, ainsi que pour avoir été à la tête du réseau d'espionnage du GRU en Géorgie ; Sergei Okrokov est recherché pour espionnage.

Source : agence de communication NoE Com