L'ancienne Première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko condamnée à 7 années de prison (octobre 2011)
2013-12-08

MOSCOU, 11 octobre - RIA Novosti

Un tribunal de première instance de Kiev a condamné mardi l'ex-première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko à sept ans de prison ferme et au versement de 189,5 millions de dollars d'indemnité au groupe public Naftogaz.

Mme Timochenko a été traduite en justice pour avoir outrepassé en 2009 ses compétences de première ministre, en autorisant, sans l'approbation du gouvernement, la signature de contrats prévoyant la livraison de gaz russe à un prix jugé pénalisant pour l'Ukraine.La loi ukrainienne interdit au premier ministre d'entreprendre seul cette démarche, car il s'agit d'une question d'importance nationale.

Le jugement rendu à l'encontre de l'égérie de la "révolution orange" a provoqué une réaction négative aussi bien en Occident et qu'à Moscou.

"Immoralité" du président Ianoukovitch



Lors des audiences, Mme Timochenko a affirmé que la sévérité du jugement dépendait du "degré d'immoralité" du président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

"Ce n'est pas le juge qui rend ce jugement, mais le président Ianoukovitch. Et je serai condamnée selon son degré d'immoralité", a-t-elle affirmé, soulignant que son procès était une "profanation de la loi".

La condamnée entend saisir la Cour de Strasbourg



Immédiatement après le prononcé du jugement, Mme Timochenko a annoncé son intention de présenter une requête devant la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg.

"Je ne suis pas d'accord avec cette sentence. Je vais défendre mon honneur auprès de la Cour européenne. Notre justice ne nous laisse aucun espoir", a-t-elle déclaré.

Bruxelles menace de sanctionner Kiev



Le jugement rendu à l'encontre de Mme Timochenko a profondément ému les autorités communautaires.

"Cela risque d'entraîner de graves conséquences pour les relations bilatérales entre l'UE et l'Ukraine, en particulier pour la conclusion d'un accord d'association, pour notre dialogue politique et notre coopération plus large", a déclaré la porte-parole de la Commission européenne Maja Kocjancic.

Moscou dénonce le jugement



Moscou a pour sa part qualifié d'antirusse le procès de l'ex-première ministre ukrainienne.

"Nous devons noter l'esprit antirusse de cette histoire. En fait, Ioulia Timochenko a été condamnée pour avoir signé des accords juridiquement contraignants et toujours en vigueur entre le groupe russe Gazprom et la société ukrainienne Naftogaz", lit-on dans un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères

Selon de nombreux experts, la condamnation de Mme Timochenko risque de porter atteinte à la réputation internationale des autorités ukrainiennes

Voir aussi :

- [URL : 2991]

- [URL : 2993]