Géorgie : grève de la faim de 7 jours du détenu d'ethnie arménienne Vahagn Chakhalyan (octobre 2011)
2013-02-05

Communiqué de l'association Yerkir Europe

"Lors d'une conférence de presse, le mercredi 12 octobre à Erevan, de l'Union Yerkir, Robert Tatoyan, son directeur des programmes et Stepan Voskanian, l'avocat de Vahagn Chakhalyan, ont annoncé qu'il avait cessé sa grève de la faim.

Le mercredi 5 octobre 2011, Vahagn Chakhalyan entamait une grève de la faim suite aux pressions qu'il subissait de la part de l'administration pénitentiaire. Ses conditions d'incarcération au QHS de la prison n°6 de Roustavi se durcirent considérablement depuis le mois de septembre : suppression de sa réserve d'eau ne lui permettant plus d'observer les règles d'hygiènes courantes, interdiction de cantinage et de téléphoner, suppression du sucre, confiscation de ses livre et journaux.

Robert Tatoyan rapporte que l'archevêque de l'Eglise Apostolique Arménienne en Géorgie, Mgr Vazgen Mirzakhanyan, a rendu visite en prison à Vahagn Chakhalyan, mardi 11 octobre. Il s'est entretenu avec lui durant 90 mn et l'a exhorté à cesser sa grève de la faim.

Mardi 11 octobre, les autorités géorgiennes ont levé les restrictions sur l'eau, les aliments et les livres qui étaient imposées à Vahagn Chakhalyan mais ont maintenu les interdictions sur les visites. En trois ans d'incarcération, Vahagn Chakhalyan n'a pu rencontrer sa femme et son fils (de 3 ans ½) qu'une seule fois durant 15 minutes.

Robert Tatoyan, rapporte que l'affaire de Vahagn Chakhalyan sera examinée par la Cour Européenne des Droits de l'Homme d'ici le 1er trimestre 2012. Robert Tatoyan a mis en avant les graves violations des droits du militant durant son procès, entre autres, du fait que, ne maîtrisant pas la langue géorgienne, il lui était impossible de pouvoir se défendre face aux fausses accusations et aux charges fabriquées du procureur.

Suite à ces annonces, Vahagn Chakhalyan a décidé de mettre fin à sa grève de la faim entamée le 5 octobre.

Robert Tatoyan explique que le durcissement des conditions de détention de Vahagn Chakhalyan est dû à la volonté des autorités géorgiennes de briser le leader de "l'Alliance Démocratique Djavakhk Uni". Malgré sa condamnation à 10 ans de prison, suite à des charges fabriqués et un procès tronqué, Vahagn représente toujours un recours pour les droits civiques des arméniens du Djavakhk. Depuis son arrestation, en juillet 2008, les autorités géorgiennes, en toute impunité, ont mis en place un système répressif contre les Arméniens pour le faire partir de cette région ou pour les géorgianiser.

Robert Tatoyan appelle à une plus grande mobilisation de la diaspora et de l'Arménie pour soutenir Vahagn Chakhalyan et les Arméniens du Djavakhk
".









NDLR. Selon la justice géorgienne Vahagn Chakhalyan, habitant la province géorgienne de Samstkhé-Djavakhétie, a été condamné à 10 ans d'emprisonnement pour différents délits (dont détention illégale d'armes et violences à représentants de l'Etat).