France - Russie : Cercle Kondratieff
2011-01-21

Texte initial du 24 avril 2003



Source : Yves Van Haecke, président à l'époque

Origine



Le Cercle Kondratieff a été fondé juste après la crise du rouble d'août 1998 afin de promouvoir de nouvelles formes de coopération entre la France et la Russie, et, au-delà, entre les différents peuples du continent européen.

Son nom fait référence à Nicolaï Dimitrievitch Kondratieff (1892-1928), célèbre économiste russe fusillé sous Staline, connu en Occident pour ses analyses de cycles économiques de long terme, évoque une vision qui dépasse l'événementiel.

Dès ses origines, le Cercle s'est en effet défini dans une dimension prospective fondée sur le rapprochement des individus et la mise en valeur de leur complémentarité. A une logique d'assistance unilatérale et volontiers misérabiliste, il a opposé une démarche volontaire soulignant les apports passés et présents de la Russie et d'autres pays qui ne sont pas membres de l'Union Européenne à notre civilisation. Toutes les composantes idéologiques et politiques respectueuses des droits des individus peuvent y être représentées. On y trouve des Français et des Russes, mais son réseau de près de quatre cents personnes inclut aussi des citoyens de beaucoup d'autres nations, y compris hors de l'Europe.


Objectifs



Dès ses origines, le Cercle a compris que l'avenir de la construction européenne était indissociablement lié au mode de relation entre l'UE et la Russie. Partant de ce constat, l'objectif du Cercle est de fédérer des hommes et des femmes de bonne volonté qui souhaitent jouer, à leur niveau, y compris le plus modeste, un rôle de pionniers d'une nouvelle Europe qui se débarrasserait enfin des divisions du passé.

Projets



Dans le domaine économique, le Cercle entend continuer à se positionner en pointe dans les débats ayant trait à la Russie. Outre la présentation du Livre blanc du Russian European Centre for Economic Policy (TACIS), auquel de nombreux membres du Cercle ont collaboré, des projets sont en cours avec l'European Business Club à Moscou, en vue notamment de la réalisation d'un ouvrage commun sur l'état de la Russie et son partenariat avec l'UE.

Dans le domaine géopolitique, le Cercle réfléchit actuellement, conjointement avec la Fondation Robert Schuman, à l'organisation d'Etats généraux de la coopération entre les deux "locomotives" historiques de l'UE, la France et l'Allemagne, et la Russie. Ces Etats généraux permettraient en particulier de renforcer la dynamique de réseaux entre les nombreuses ONG intervenant sur ces questions et dont l'action est généralement mal coordonnée.

Afin d'éviter qu'il ne soit qu'une structure française, ses statuts ont dès sa fondation intégré une dimension fédérale. Chaque pays peut, sous réserve d'un nombre suffisant de membres, créer un groupe pays propre et disposer d'une relative autonomie de gestion.

Mise à jour du 3 janvier 2011



Toujours aussi active, l'association continue l'organisation de ses petits déjeuners Kondratieff, avec la tenue le 4 novembre 2010 à l'Ecole Militaire, d'un débat , animé par Michel Foucher, directeur de la formation à l'IHEDN qui a donné son regard de géographe sur le positionnement géoéconomique de la Russie entre les pays européens et asiatiques.

Le Cercle dont le nombre de membres ne cesse d'augmenter, vient également de renforcer sa présence en Russie, avec de nouvelles adhésions locales.

Le dernier Conseil d'administration a par ailleurs validé le fait que chaque nouveau membre devait être parrainé par un ancien membre.

Informations complémentaires

:

- Président, Gérard Lutique 06 03 96 06 04

- Secrétaire générale, Isabelle Haas 06 09 66 56 74

- [URL : cercle.secretariat@orange.fr]




Voir aussi

:

- [URL : breve721]

- [URL : breve986]

- [URL : breve995]

- [URL : breve1283]