Nicolas Zourabichvili, compositeur, d'origine géorgienne
2012-01-24

Nicolas Zourabichvili naît à Paries le 27 octobre 1936, de Nathalie von Pelken et de Georges Zourabichvili (1898-1944), émigré de Géorgie en France en 1921 après l'invasion de son pays par les armées de la Russie soviétique.

Il est le jeune frère d'Hélène Zourabichvili, qui deviendra Hélène Carrère d'Encausse.

Les études



De 1946 à 1948, il étudie au Conservatoire de Bordeaux le solfège et le piano.

Il rejoint ensuite le lycée Janson-de-Sailly à Paris, avant d'intégrer la Sorbonne, d'obtenir une licence de lettres, un DES et un CAPES de russe.

Parallèlement il étudie la composition, de 1959 à 1962 avec Nadia Boulanger et de 1962 à 1964 avec Max Deutsch.

La vie privée



Il se marie, et aura un fils, François (1965-2006), philosophe.

Les prix



Il reçoit différents prix :

- en 1970, le Prix Lili Boulanger,

- en 1977, à nouveau le prix Lili Boulanger et celui de la Ville de Nantes,

- en 1986, le 2ème Prix Arthur Honegger.

L'activité professionnelle



De 1986 à 1988, il dirige le Conservatoire Serge Rachmaninoff de Paris.

Il compose des pièces musicales, dont certaines sont des commandes de Radio-France :

- 1971 : Declaracion del desangelado (pour divers ensembles),

- 1975 : Aus ödem Traumland (pour vingt-quatre cordes),

- 1976 : Souzdal (pour sept cuivres et trois percussionnistes) et une Messe, ainsi que Mskheta (pour orchestre),

- 1983 : une Sonate, Six variations, Thrène pour Thelonious Monk (pour piano),

- 1987 : la Fuite (pour violon seul),

- 1994 : Vita Nova.

Il compose également différentes musiques de films

- 1984 : "Les Favoris de la lune" (Otar Iosséliani),

- 1988 : "Un petit monastère en Toscane",

- 1989 : "Et la lumière fut" (Otar Iosséliani),

- 1992 : "La Chasse aux papillons" (Otar Iosséliani),

- 1996 : "Brigands, chapitre VII" (Otar Iosséliani),

- 1999 : "Adieu, plancher des vaches" (Otar Iosséliani),

- 2001 : "Lundi matin" (Otar Iosséliani),

- 2003 : "Retour à Kotelnich" (Emmanuel Carrère),

- 2006 : "Jardins en automne" (Otar Iosséliani).

M.M.

Sources : multiples Websites dont Wikipedia.