Un Géorgien de la Résistance, Vakhtang Sekhniachvili, dit le Commandant Vania
2011-12-27

Sources : - « La France du Sud Ouest honore un Géorgien résistant », article publié dans le journal « La Vie en Géorgie » de septembre 2003 (N°21), à Tbilissi, en langue française, - « Des Géorgiens pour la France. Itinéraires de résistance, 1939-1945 » de Françoise et Révaz Nicoladzé, Paris, juin 2007.

Vakhtang Sekhniashvili, 82 ans, ne pensait jamais revoir la France.

[...Soldat de l'Armée rouge en 1941, fait prisonnier en Ukraine par les Allemands en 1942, il s'enrôle dans un bataillon de la Légion géorgienne des « Osttruppen » afin d'échapper aux camps allemands. Il est affecté d'abord à Castres, puis à Carmaux en juillet 1944. Après avoir contacté la Résistance, il organise le 4 août le passage au maquis FTP d'un groupe de 101 Géorgiens commandé par Othar Ichkhnéli. Le 6 août, il doit faire face à une contre-attaque de l'armée allemande : 14 maquisards et 7 Géorgiens sont tués. Il participe ensuite à la libération de Carmaux. En mai 1945, une photographie prise à Toulouse en mai 1945 immortalise 300 Géorgiens passés à la Résistance, Vakhtang Sekhniachvili, dit le commandant Vania, en est le chef...

... Le 7 juillet 1945, il reçoit la Croix de Guerre accompagnée d'une citation du général Koenig « un officier plein d'allant .. témoignant d'un souverain mépris du danger ». Il décline l'offre de rejoindre la 1ère Armée de Delattre de Tassigny et retourne en URSS, où il est condamné aux travaux forcés ...]

Ce mercredi 20 août 2003, invité des autorités du Tarn à Jouqueviel pour la célébration de l'anniversaire de la libération du département, Vakhtang Sekhniashvili cache son émotion et ses médailles.

Son émotion va vers les compagnons enterrés sous la stèle, et pour lesquels il a aligné au cordeau un rang de verres et versé cérémonieusement une rasade d'alcool de Géorgie. La tradition veut que l'on honore ainsi les morts.

Les médailles, il sera bien temps de les montrer. D'ailleurs ses croix de guerre, du combattant, et du service militaire volontaire lui avaient été confisquées à son retour en URSS, juste avant de connaître les travaux forcés. Cette fois il pourrait les porter, d'autant plus qu'une quatrième médaille s'y ajoute, celle de la reconnaissance de la nation. A quoi bon, il les portera lorsqu'il sera vieux : il vient de retrouver ses vingt ans !

Ce vendredi 22 août, dans l'avion de Georgian Airlines qui décolle de Roissy, les passagers sont intrigués par un homme à la crinière blanche et à la moustache en bataille. Il roule les "r", déclare à qui veut l'entendre qu'il est un ami de la France et que la France est sa seconde patrie
.

[... Le 14 juillet 2005, il reçoit la Légion d'honneur des mains de l'ambassadeur de France, à Tbilissi...]


Note

. Parmi les compagnons du Commandant Vania, peuvent être cités les mitrailleurs Mitchinachvili, Gabachvili et Latsabidzé qui se sont illustrés le 6 août 1944, ainsi que les soldats Cekvachvili, Hatachvili, Obololadzé, Tabagoua tombés le même jour et le soldat Tartaladzé tombé le 22 août 1944 lors de la libération d'Albi à laquelle 200 Géorgiens des maquis ont participé.

Voir aussi [URL : 3569]

.