Géorgie et France : Maria Mériko (1920-1994), née Alikhanachvili, comédienne
2012-12-18

Maria Alikhanachvili est née à Koutaïssi, en Géorgie occidentale, le 24 mars 1920, de Catherine Guilachvili et de Vano Alikhanachvili.

A moins d'un an, elle prend le chemin de l'exil pour Constantinople avec ses parents et sa soeur Tamara. En 1923, la famille gagne la France.

Les études, la danse, la sculpture et l'apprentissage de la comédie



Durant ses études primaires, elle s'essaye à la danse classique au cours du Gaumont-Palace et doit renoncer compte tenu de la fragilité de sa constitution.

En 1941, elle entre aux Beaux-Arts de Paris dans la section sculpture de Maître Descatoires. En 1943, lorsqu'elle passe du modelage à la taille de pierre : elle doit une nouvelle fois renoncer faute de santé.

Elle s'inscrit aux cours d'Arts dramatiques du studio Waker sous la direction du professeur Fernand Bellan (1912-1992), qu'elle suit au cours Simon et qu'elle épouse en 1952.

Il auront deux enfants.

La carrière de comédienne



Si elle commence -sous le pseudonyme de Maria Mérico- par le théâtre (1) dès 1945 ("Virage dangereux" avec les Tournées Charles Baret) et continue jusqu'en 1975, elle tourne au cinéma de 1957 jusqu'en 1993, à la télévision (2) de 1960 à 1994 (épisode "Nestor Burma et le monstre").

Elle donne volontiers des récitals de poésie et s'adonne à l'écriture de romans.

Dramaturge, voire tragédienne, elle s'emploie durant près de 50 ans à tous les rôles, y compris des rôles plus légers.

Elle conduit également l'atelier Maria Mériko, où se forment plusieurs générations d'acteurs, comme Pascal Germain et Jean-Luc Muscat.

La cause géorgienne



Dotée d'une voix basse, elle enregistre dans les années 1950 avec Victor Homériki, voix d'alto, une chanson du répertoire traditionnel géorgien "Oh Margarita tchémo lamazo"("Oh Marguerite ma jolie"): la communauté géorgienne s'arrache ce premier disque (78 tours) de folklore géorgien pressé en France.

Aux fêtes communautaires, au Cercle militaire des Augustins à Paris, elle est sollicitée pour chanter ou pour déclamer une poésie (3) alors que sa mère -surnommée affectueusement Catho- distribue aux enfants des chapelets de "tchourtchrela", noisettes enrôbées de pâte à base de jus de raisin et de miel.

Elle fait la fierté des grands et des petits lorsqu'elle apparaît sur un écran de télévision ou de cinéma.

Elle meurt à Villejuif, le 29 juillet 1994, après avoir écrit :

"La plus grande bénédiction que Dieu puisse accorder à un être c'est de lui donner une ascendance et une descendance qui lui gonflent le coeur d'amour et de jalonner sa vie de précieuses rencontres d'amitié. Maman disait toujours lorsque les choses n'allaient pas comme elle l'aurait voulu : Ne t'inquiète pas chérie. Demain, Dieu est grand. Et pour elle il l'était. D'avoir eu une mère comme elle, belle, courageuse, joyeuse ; un père droit, loyal, héroïque ; un fils superbe en son talent et en son âme droite ; une soeur fantastique en son courage ; une fille aussi belle que talentueuse dans son exigence de la vérité ; une belle-fille aussi gentille qu'intelligente, que belle ; des amis loyaux et droits, n'est-ce pas là une vie enviable ? C'est peut-être ainsi que l'on peut mesurer sa propre valeur : par ceux qui viennent à vous. Ne croyez-vous pas ?".

Théâtre



- 1945 : Virages dangereux de John Boynton Priestley, Tournées Cherles Baret
- 1946 : L'Heure de vérité de René-Jean Ottoni, mise en scène André Cellier, Théâtre de l'Humour
- 1948 : La Dame de l'aube d'Alejandro Casona, mise en scène Pierre Valde, Théâtre de la Gaîté-Montparnasse
- 1949 : Les Mains sales de Jean-Paul Sartre, mise en scène Pierre Valde, Théâtre des Célestins
- 1951 : Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre, mise en scène Louis Jouvet, Théâtre Antoine
- 1963 : Divines Paroles d'après Ramón María del Valle-Inclán, mise en scène Roger Blin, Théâtre de l'Odéon
- 1964 : Coriolan de William Shakespeare, mise en scène Gabriel Garran, Festival d'Art dramatique d'Aubervilliers
- 1964 : Britannicus de Racine, mise en scène Marcelle Tassencourt, Théâtre Montparnasse
- 1965 : Liola de Luigi Pirandello, mise en scène Bernard Jenny, Théâtre du Vieux-Colombier
- 1966 : Phèdre de Racine, mise en scène Jean Darnel, Théâtre de la Nature Saint-Jean-de-Luz
- 1967 : Et moi aussi j'existe de Georges Neveux, mise en scène Bernard Jenny, Théâtre du Vieux-Colombier
- 1967 : La Célestine de Fernando de Rojas, mise en scène Roger Kahane, Théâtre du Vieux-Colombier
- 1975 : M. Le Modéré d'Arthur Adamov, mise en scène Alain Rais, Festival d'Avignon

Cinéma



- 1957 : Assassins et voleurs, de Sacha Guitry
- 1959 : Une simple histoire, de Marcel Hanoun
- 1960 : L'Affaire Nina B. (Affäre Nina B), de Robert Siodmak
- 1962 : Fumée, histoire et fantaisie, court métrage d'Édouard Berne et François Villiers
- 1962 : Les Mystères de Paris, d'André Hunebelle
- 1969 : La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil (The Lady in the Car with Glasses and a Gun), d'Anatole Litvak
- 1972 : Les Rendez-vous en forêt, d'Alain Fleischer
- 1972 : Le Bar de la fourche, d'Alain Levent
- 1974 : La Soupe froide, de Robert Pouret
- 1975 : L'Incorrigible, de Philippe de Broca
- 1981 : Les Fruits de la passion, de Shuji Terayama
- 1988 : La Maison assassinée, de Georges Lautner
- 1989 : Suivez cet avion, de Patrice Ambard
- 1990 : La Veillée, de Samy Pavel
- 1990 : Divertimenti della vita privata (Les Amusements de la vie privée), de Cristina Comencini
- 1993 : Priez pour nous, de Jean-Pierre Vergne.

Télévision



- 1960 : La caméra explore le temps, série télévisée, 13e épisode, Le Drame des poisons, de Stellio Lorenzi
- 1960 : La caméra explore le temps, série télévisée, 16e épisode, L'Assassinat du duc de Guise, de Guy Lessertisseur
- 1961 : Le Théâtre de la jeunesse : Gaspard ou le petit tambour de la neige de Claude Santelli, réalisation Jean-Pierre Marchand
- 1961 : Les Perses, téléfilm de Jean Prat
- 1961 : Les Mystères de Paris, téléfilm de Marcel Cravenne
- 1962 : Les Cinq Dernières Minutes, série télévisée, épisode La Tzigane et la Dactylo de Pierre Nivollet
- 1963 : L'inspecteur Leclerc enquête, seconde série, épisode L'Homme couleur de muraille de Marcel Bluwal
- 1965 : Thierry la Fronde, feuilleton télévisé de Robert Guez, épisode 8 de la saison 3, Le Signe du Sagittaire
- 1965 : Dom Juan ou le festin de pierre, téléfilm de Marcel Bluwal
- 1965 : Gaspard des montagnes, téléfilm de Jean-Pierre Decourt
- 1965 : Morgane ou Le prétendant d'Alain Boudet
- 1966 : Rouletabille, feuilleton télévisé, épisode Rouletabille chez le tsar de Jean-Charles Lagneau
- 1971 : Au théâtre ce soir : La Pèlerine écossaise de Sacha guitry, mise en scène Robert Manuel, réalisation Pierre Sabbagh
- 1971 : La Dame de Monsoreau, feuilleton télévisé de Yannick Andréi
- 1974 : Au théâtre ce soir : Les Voyageurs égarés de Guillaume Hanoteau, mise en scène Michel Roux, réalisation Georges Folgoas
- 1974 : Paul et Virginie, feuilleton télévisé de Pierre Gaspard-Huit
- 1982 : Le Rêve d'Icare, téléfilm de Jean Kerchbron
- 1984 : Irène et Fred, téléfilm de Roger Kahane
- 1994 : Nestor Burma, série télévisée, épisode Nestor Burma et le monstre.

Notes



(1) Selon l'AFP : [... Un an plus tard, elle fait ses débuts sur les planches dans « David et Bethsabée», où elle remplace Nathalie Nattier, qui, elle-même, remplaçait Marlène Dietrich. Le partenaire de Marlène devait être Jean Gabin, mais lui aussi avait déclaré forfait, et c'est ainsi que Maria Meriko a joué son premier rôle aux côtés d'un alors tout jeune acteur: Yves Montand...]

(2) Toujours selon l'AFP : [...C'est surtout à la fin des années 50 et dans les années 60 que cette comédienne d'origine géorgienne est devenue une habituée du petit écran, où son visage aux pommettes saillantes, aux yeux étirés, d'un bleu limpide mais froid, son nez marqué, sa voix grave et rauque, lui ont valu d'interpréter des rôles tragiques...] [...C'est surtout la TV qui m'a fait étiqueter tragédienne, déclarait la comédienne qui aimait souligner sa capacité de jouer des rôles drôles. Au petit écran, elle a été un des piliers de l'époque des Buttes-Chaumont, les immenses studios où se tournaient les plus grandes émissions de télévision : elle sera ainsi la Voisin dans « L'Affaire des poisons », «Catherine de Médicis », « Athalie », la reine des « Perses », la mère Martial des « Mystères de Paris »...]

(3) [URL : 3043] en 1964 avec Maria Mériko.




Sources :

- archives familiales,

- Internet Movie Database.