Arménie : états des lieux 2011 pour la francophonie (AFI)
2012-02-15

Annie Pilibossian

, présidente de l'Association culturelle arménienne de Marne-la-Vallée, professeur de français, propose dans l'édition 2011 de "L'Année francophone internationale" un état des lieux de l'Arménie, avec des volets politique, économie, sciences et technologie, culture.

Extrait : économie



Après une hausse de 2,6% en 2010, la croissance économique en Arménie atteindra 4,6% cette année et presque 5% en 2012, indique la Banque mondiale (BM) dans son rapport annuel du mois de mars, une prévision qui correspond aux études de croissance faites par le gouvernement arménien, malgré la dette extérieure de 3,2 milliards de dollars, sous les effets de la crise mondiale.

Selon le Service national de statistiques (SSN), la production industrielle a représenté 23,5% du PIB de l'Arménie en 2010, les services autres que le commerce de détail ont généré 22,5% du PIB.

La BM estime que l'économie du pays continuera à profiter des prix internationaux en hausse des métaux non ferreux, premier secteur des exportations arméniennes.

Début mars, le Premier ministre affirmait que la croissance serait robuste dans l'industrie, notamment dans l'industrie alimentaire, se basant sur le fait qu'en baissant de 2 à 3% les taux d'intérêt en 2010, les banques arméniennes ont permis des crédits bon marché, afin d'aider ces secteurs à étendre leur production. Le gouvernement contribuera à hauteur de 5,33 millions de dollars au projet qui vise l'augmentation de la production de viande et de lait dans les communautés rurales.


Pour compléter cette contribution, la Banque mondiale a annoncé un accord pour un prêt de 16 millions de dollars pour soutenir les éleveurs dans 55 villages de montagnes, dont c'est le seul moyen de subsistance. Le projet financera la construction de routes et d'équipements de stockage, il permettra une mise à niveau des infrastructures dans les villages.

En dépit d'une hausse d'environ 1% par mois (février et mars) des prix à la consommation, le SSN a annoncé début avril que l'inflation annuelle est tombée à 11,5%. Le gouvernement a approuvé un projet de loi, permettant de limiter les prix de 20 denrées alimentaires. Pour lutter contre la pauvreté, la société nationale de distribution de gaz annoncé le 30 mars dernier une réduction de 24,2% des prix du gaz pour les familles à revenus modestes.

Le secteur tertiaire contribue à environ 50% du PIB. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication, la bijouterie et même le tourisme, commencent à compléter les secteurs traditionnels, tels l'agriculture et le textile.

Dans un rapport publié le 9 mars, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) recommande aux dirigeants de redoubler d'efforts pour lutter contre la corruption généralisée et de revoir la politique fiscale. Le représentant du FMI en Arménie a confirmé début mai les mêmes conclusions, affirmant que le pays a le plus bas taux de recettes fiscales.

Pour en savoir plus, commandez l'ouvrage [URL : 3673].