La vie théâtrale russe (avril 2003)
2011-12-21

La vie théâtrale



Le théâtre a pris son envol en Russie durant les années de réformes économiques. La fédération n'avait encore jamais possédé autant de théâtres : plus de 500. Moscou, à elle seule, en compte 138, dont 68 abritent des troupes professionnelles. L'un des phénomènes marquants de la dernière période est le développement de scènes indépendantes, telles que le Centre de dramaturgie et de mise en scène de Moscou, le théâtre Ossobniak (Hôtel particulier) de Saint-Pétersbourg, Loja (La Loge) de Kémérovo, l'atelier d'art théâtral Baby (Les paysannes) de Tchéliabinsk. Leur réussite repose sur des collectifs unis par une conception commune de la dramaturgie, l'efficacité d'un management moderne et des mises en scène innovantes.

Les théâtres classiques, eux aussi, fonctionnent dans les nouvelles conditions de l'économie marché: ils s'intègrent activement au mouvement théâtral mondial, montent de nouveaux spectacles, réalisent leurs projets conjointement avec les grands théâtres étrangers, font des tournées, invitent des acteurs de renommée mondiale et des solistes exceptionnels. Le Bolchoï de Moscou en est un brillant exemple. Ce théâtre, le plus prestigieux en Russie, a réussi à accroître considérablement ses revenus à grâce un sponsoring et un management efficaces. Aujourd'hui, le budget du Bolchoï n'est plus subventionné par l'Etat qu'à hauteur de 60 %, contre 80 % auparavant. La vie culturelle du pays est riche en festivals de théâtre. La principale récompense, accordée au niveau national dans le domaine théâtral, est le Masque d'Or. L'an dernier, le metteur en scène Piotr Fomenko en a reçu deux pour son spectacle La guerre et la paix. Le déxxx d'un roman. Pour la première fois, un festival de pièces contemporaines "Nouveau drame" a été organisé à Moscou. Il a permis de révéler de nombreux jeunes talents. Les théâtres régionaux ne sont pas en reste comme en témoigne le IVème festival des théâtres des petites villes de Russie, auquel ont participé les troupes Bougoulma, Zlatooust, Koudymkar, Mitchourinsk, Taguir, Touapsé, Stari Oskol.

L'art cinématographique se trouve aujourd'hui en Russie dans une phase d'essor. Aux dires du ministre de la Culture Mikhaïl Chvydkoï, la production de fictions et de dessins animés devrait s'accroître d'ici 2005 et atteindre respectivement 100 et 65 films par an. Parallèlement, la qualité des films s'améliore, les marchés de la vidéo et du DVD s'élargissent. De nouvelles salles de cinéma sont construites un peu partout dans le pays. Leur nombre a pratiquement doublé au cours des toutes dernières années. Les salles multiplexes sont en vogue.

Une fois par an, l'élite du cinéma mondial se réunit dans la capitale russe, lors du Festival international du film de Moscou. Une quarantaine d'autres manifestations cinématographiques ont lieu chaque année dans le pays. Les plus importantes sont : le Kinochok d'Anapa, le Kinotavr de Sotchi, la Fenêtre sur l'Europe de Vyborg, Vive le cinéma de Russie ! de Saint-Pétersbourg. Un nouveau prix national, l'Aigle d'Or, institué grâce aux efforts du célèbre réalisateur Nikita Mikhalkov, est venu s'ajouter tout récemment à la traditionnelle Nika, prix national qui compte déjà quinze ans d'existence.

Les acteurs et réalisateurs nationaux participent régulièrement aux grands Festivals cinématographiques étrangers. Ainsi, le réalisateur Andréï Kontchalovski a reçu le Grand Prix au dernier Festival de Venise pour son film La maison de fous et le jeune acteur Alexeï Tchadov s'est vu décerner le prix du meilleur rôle masculin lors du 26ème Festival de Montréal pour sa prestation dans le film d'Alexéï Balabanov "La guerre".