Serbica.fr : newsletter 2012/ n°7
2014-01-15

NEWSLETTER N° 7. Avril 2012



Le portail de littérature serbe en langue française Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3 :

[URL : http://www.serbica.fr].


Portrait de Živojin Pavlović par Alain Cappon



Dans l'histoire de la littérature serbe et, plus généralement, des lettres yougoslaves, Živojin Pavlović occupe une place singulière puisqu'il a exercé ses talents dans deux registres au demeurant fort différents : l'écriture et le cinéma. [...] Après avoir étudié la peinture à l'Académie des arts appliqués de Belgrade dans les années 1950, Živojin Pavlović enseigna à la faculté des Arts dramatiques et, dans le même temps, se tourna vers la réalisation cinématographique tout en cultivant sa passion pour l'écriture. Le cinéma et la littérature resteront tout au long de la vie de ce singulier écrivain-cinéaste - aujourd'hui considéré comme l'un des principaux instigateurs de la vague noire dans les lettres et le cinéma yougoslaves - deux passions parallèles mais aussi complémentaires. [...]

Ce sont évidemment les romans et les recueils de nouvelles qui constituent le noyau central de son uvre littéraire abondante et polymorphe. Parmi ces ouvrages de prose - qui rencontrèrent un beau succès auprès du public - il convient de citer en particulier les deux recueils de nouvelles Krivuda reka (La rivière sinueuse, 1963), Cigansko groblje (Le cimetière tsigane, 1972) ainsi que ses romans les plus connus : Lutke na bunjitu (Des poupées sur un tas de fumier, 1965), Zadah tela (La puanteur du corps, 1982), Zid smrti (Le mur de la mort, 1985) et, en 1993, Lapot, mot sans équivalent en français puisqu'il désigne la coutume, autrefois, de supprimer les vieillards lorsqu'ils devenaient une charge trop lourde pour la communauté ! [...]
.

Pour lire l'article entier, cliquez sur

[URL : http://serbica.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=486:pavlovi-ivojin-1933-1998&catid=85&Itemid=98].

Le cimetière tsigane



Pour lire l'article, cliquez sur

[URL : http://serbica.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=485:cimetiere-tsigane-le-cigansko-groblje-ivojin-pavlovi&catid=126&Itemid=139]

La vie qui se raconte par Milivoj Srebro



[...] Le monde que Pavlović dépeint dans ses nouvelles est celui des marginaux et des originaux de la Serbie orientale, des laissés-pour-compte dont la « petite » existence s'écoule loin des courants de la civilisation et de l'histoire. Mais, par là-même, leur existence devient à bien des égards paradigmatique. Car tant l'histoire que la civilisation et l'idéologie ne révèlent qu'à la frange le visage qui est vraiment le leur. Là où la mesure de toute chose est la vie. Là où le mot guerre s'entend au sens d'assassinat de son prochain, où histoire est un champ de bataille permanent, où l'idéologie officielle est celle que sous-entend le dicton « La vache du voisin ?... Qu'elle crève ! » Tenant donc la position de ces marginaux pour celle de pions et, a priori, de perdants dans un jeu auquel d'autres se livrent, Pavlović s'efforce de manière, certes, implicite et par le truchement de l'art de la narration, de révéler, de démystifier ce jeu. Un jeu cruel qui se nomme l'histoire et l'idéologie. [...]

Pour lire l'article entier, cliquez sur

[URL : http://serbica.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=483:cigansko-groblje-le-cimetiere-tsigane-de-ivojin-pavlovi-par-milivoj-srebro&catid=156].