Le traitement réservé en prison à Ioulia Timochenko, ancienne Premier ministre ukrainienne, mobilise l'Europe (mai 2012)
2013-12-08

Après la décision des Commissaires de l'Union européenne de boycotter l'Ukraine co-organisateur avec la Pologne (8 juin au 1er juillet) de l'Euro 2012 de football, c'est aux présidents de l'Europe centrale (Allemagne, Autriche, Estonie, Lettonie, Monténégro, République tchèque,...) de boycotter un sommet diplomatique prévu initialement sur le territoire ukrainien les 11 et 12 mai 2012 .

Afin de sauver la face, le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annulé la conférence.

La situation de Ioulia Timochenko



Emprisonnée le 5 août 2011 et condamnée le 11 octobre à sept années de prison pour "abus de pouvoir" dans l'exercice de son mandat de Premier ministre (signature d'un accord pour l'approvisionnement en gaz russe à un tarif estimé rétroactivement trop élevé par le nouveau président), Ioulia Timochenko, 51 ans, observe une grève de la faim dans sa cellule afin de protester contre le manque de soins médicaux (hernies discales) et les violences qu'elle aurait subies en détention.

Sa fille Evguénia, 32 ans, a indiqué que sa mère se méfiait des médecins ukrainiens, qu'elle accepterait d'être transportée dans un hôpital public à Kharkiv et de cesser sa grève de la faim (elle aurait perdu une dizaine de kilos) sous contrôle d'un médecin étranger (allemand en l'occurence) : une telle solution serait à l'étude pour le mercredi 9 mai.

La position de Viktor Ianoukovitch



Les milieux présidentiels estime que Ioulia Timenchenko "simule sa maladie" afin d'empêcher le déroulement d'un deuxième procès, prévu le 21 mai, pour "détournement de fond et fraude fiscale".

L'analyse des observateurs étrangers



Egérie de la révolution orange qui avait chassé du pouvoir politique en 2004 le parti de Viktor Ianoukovitch, opposante résolue après l'élection de Viktor Ianoukovitch à la présidence de la République en 2010, Ioulia Timochenko -qui avait entre temps exercé deux fois les responsabilités de Premier ministre- représente un danger politique certain pour le pouvoir en place. Sa disqualification, par une justice aux ordres de l'exécutif, devrait faciliter la réélection de Viktor Ianoukpvitch à la prochaine présidentielle.

Note

: L'Allemagne, la Russie et la Suisse ont proposé d'accueillir Ioulia Timochenko pour ses soins médicaux. L'Ukraine a refusé, estimant la mesure contraire au droit ukrainien.

Voir aussi :

- [URL : 2991]

- [URL : 2993]

.