Christine Pagava Boulez, vice-présidente de l'Institut Noé Jordania, d'origine géorgienne
2013-10-24

Christine Pagaga Boulez est née en France d'Asmath Jordania (1905-1984) et de Lévan Pagava (1907-1998).

Après ses études supérieures, elle s'oriente vers les métiers d'attaché de presse et de conseil en relations publiques.

Elle épouse Pierre Boulez (1920-1997).

En mars 2004, gérante de la Société civile immobilière Le Château de Leuville-sur-Orge, fondée en 1926 par les membres du gouvernement géorgien et de l'opposition parlementaire en exil et propriétaire d'un domaine de 3,5 hectares acquis avec des fonds nationaux, elle accueille le nouveau président géorgien, Mikheil Saakachvili.

Dans un discours en langue géorgienne, elle exprime le souhait que la Géorgie contemporaine se démocratise encore plus, qu'elle n'oublie pas son histoire et en particulier le gouvernement exilé en 1921 qui combattit de l'extérieur l'occupation soviétique.

Fin 2005, elle s'investit dans la fondation de l'Institution Noé Jordania, institut du nom de son grand-père, et en devient la vice-présidente. Elle prend une part active aux journées annuelles d'information sur la Ière République de Géorgie et sur la sociale démocratie géorgienne organisées par cet institut.

En 2008, elle termine la traduction des mémoires de son grand-père Noé Jordania -écrites en 1939- et les publie sous le titre « Itinéraire d'un chef politique, Mon Passé, Mémoires du Président Noé Jordania, 1re République de Géorgie (1918-1921) ».

En mai 2011, elle crée un Blog sur la Ière République de Géorgie :

[URL : http://premiererepubliquedegeorgie.wordpress.com/2012/06/13/pik-t-v-mai-2012-evocation-de-la-1ere-republique-version-en-russe/].

Voir aussi

:

- [URL : 877],

- [URL : breve729]

- [URL : 4860].