Irène Tsitsichvili de Panaskhet, d'origine géorgienne
2012-11-07

Irène Tsitsichvili de Panaskhet est née en France, de Nathéla Jordania et d'Achille Tsitslichvili de Panaskhet (1916-2010).

Elle épouse Nodar Odichélidzé, avec qui elle aura deux enfants : elle se sépare de lui ensuite.

Au début des années 1970, elle intègre l'ensemble Merani -animé par Alexis Kobakhidzé pour les danses et par Othar Pataridzé pour les chants- : de multiples représentations de folklore géorgien sont données en région parisienne, et à Londres.

A partir de 1996, avec son époux Nodar, elle promouvoit en France la revue trimestrielle "La Géorgie francophone" éditée à Tbilissi, dont l'un des articles phares est l'interview de Mme Chévardnadzé.

Fin 2005, elle participe à la fondation de l'Institut Noé Jordania, institut du nom de son grand-père.

A partie de 2006, elle s'investit dans l'organisation des journées franco-géorgiennes de Leuville-sur-Orge, où elle assure en particulier la partie cuisine géorgienne. Certaines années, elle ouvre un atelier de formation à la préparation de plats traditionnels.

Au début des années 2010, elle devient gérante de la Société civile immobilière du Château de Leuville, propriétaire de la résidence d'exil (1921) de la classe politique géorgienne et dont les parts sont détenues par les héritiers des fondateurs ou par leurs représentants.

Afin d'honorer le testament moral laissé par le gouvernement géorgien -retour de propriété à la Géorgie lorsqu'elle sera redevenue indépendante-, elle engage les négociations avec le ministre géorgien des Diasporas.

Le 23 mai 2011, un mémorandum de dévolution du domaine de Leuville à la Géorgie est signé entre les deux parties.


Voir aussi

:

- [URL : 3946]

- [URL : 3086]

- [URL : 877]

- [URL : breve779]

- [URL : 3345]

- Mémorandum [URL : http://www.samchoblo.org/memmorendum_du_23_mai_2011.htm]