Russie : lettre ouverte aux dirigeants du Conseil de l'Europe, de l'OSCE et du UNHCR (novembre 2012)
2013-02-28

Destinataires



Conseil de l'Europe :



- M.Thorbjørn Jagland, Secrétaire Général,
- M. Jean-Claude Mignon, Président de l'APCE,
- M. Wojciech Sawicki, Secrétaire Général de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe,
- M. Nils Muižnieks, Commissaire aux Droits de l'Homme.

OSCE :



- M. Lamberto Zannier, Secrétaire Général,
- M. Janez Lenarčič, Directeur du BIDDH.

UNHCR :



- M. António Guterres, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés,
- M. Oldrich Andrysek, Représentant régional en Biélorussie, Moldavie.

Lettre ouverte



Nous sommes un groupe d'associations de défense et droits civiques et humains et vous écrivons pour sonner l'alarme sur l'évolution de la situation relative aux répressions politiques en Russie.

Nous voudrions attirer votre attention sur le cas de Leonid Razvozjaev, enlevé à Kiev le 19 octobre alors qu'il demandait une protection internationale auprès du Haut Commissariat aux Refugiés des Nations unies, de ses collègues du Front de gauche Konstantin Lebedev et Sergueï Oudaltsov, ainsi que des participants à la manifestation du 6 mai 2012 à Moscou.

Le glissement de l'appareil d'Etat russe vers une politique ultra répressive tous azimuts (policière, législative, judiciaire) et l'utilisation de méthodes rappelant de plus en plus l'époque stalinienne est maintenant une triste réalité à laquelle nous devons faire face tous ensemble.

L'absence d'une réaction forte et rapide de la communauté internationale face cette nouvelle vague de répressions serait un feu vert définitif aux autorités russes de tous niveaux pour accentuer encore plus les répressions, les généraliser et les rendre banales, faisant basculer le pays dans la peur ou même la terreur.

Au delà des déclarations diplomatiques habituelles, nous vous appelons à adopter des mesures concrètes en utilisant tout l'arsenal de vos organisations dont la Russie est membre à part entière.

Il serait, par exemple, judicieux de créer un comité international ad-hoc réunissant les meilleurs spécialistes de vos organisations afin de coordonner les actions, les investigations et les déclarations des différents services et commissions concernés.

Par ailleurs, un appel très ferme aux autorités russes de respecter leurs engagements, signé à la fois par les dirigeants du HCR, du Conseil de l'Europe et de l'OSCE, aurait bien plus de chance d'être entendu que des communiqués de presse éparses.

Dans le cas particulier de Leonid Razvozjaev, il semblerait logique d'accéder dès maintenant à sa demande d'asile politique en Ukraine, et de le placer ainsi sous la protection du HCR.

Nous restons dans l'espoir d'actions rapides, efficaces et concertées de votre part.

Avec notre plus sincère respect.

Signataires



- Maxime Filandrov, Association Russie-Libertés, Paris, France,
- Dmitri D. Glinski, American Russian-Speaking Association for Civil & Human Rights, NY, USA,
- Andrei Sidelnikov, International Movement "Speak Up!", London, UK.