Mery Zourabichvili, jeune cinéaste d'origine géorgienne
2012-11-28

Mery Zourabichvili est née à Paris, le 10 janvier 1982, de Darédjane Bérékachvili et d'Othar Zourabichvili : elle est l'aînée d'une fraterie de trois. Son grand-père, Lévan, fut président de l'Association géorgienne en France ; son père, Othar, l'est depuis 2006.


Les études



Après un bac littéraire, elle obtient

- en 2002 une Licence de Psychologie à l'Université de Paris 10 Nanterre,

- en 2006 un Master 1 de cinéma, après un mémoire sur le thème « La place de l'individu dans le cinéma géorgien 1921-1991, dialectique du singulier et du collectif».


Le cinéma, une passion



Elle réalise une vidéo pour le collectif Eclair08 et quelques court-métrages de fiction dont le film «Ruptures…» en 2008.

En 2010, avec Stefan Garel, elle est l'auteur, la réalisatrice et la productrice du long-métrage «Géorgie : visages de résistance » tourné après la guerre russo-géorgienne d'août 2008, qui reçoit le Prix du meilleur film documentaire au Deep Fried Film Festival 2011 (G.B), après avoir été sélectionné au Festival Caucase (France), au FIFEQ 2011 (Canada), au Filmfest Rejected 2011 (Autriche) et au Romania International Film Festival 2011 (Roumanie).

La cause géorgienne, une autre passion



Après une enfance bercée par la culture et le folklore géorgiens, elle entreprend de réapprendre la langue à l'âge adulte, qu'elle perfectionne par des séjours en Géorgie.

En 2003, elle devient membre du Comité directeur de l'Association géorgienne en France. En 2006, elle lance le Kinoclub de l'AGF. En 2008 et 2009, elle publie une lettre d'information électronique hebdomadaire «Une semaine en Géorgie». En 2012, elle est rédactrice au journal mensuel francophone «Le Canard du Caucase», édité à Tbilissi.

M.M.

Voir aussi

:

- [URL : 1615]

- [URL : 4042]

- [URL : 2985]

- [URL : 2942]



- [URL : 3960].