Exactions dans l'armée russe (2003)
2013-12-09

Un rapport, présenté par la Fédération internationale des Ligues de Droits de l'Homme, avec l'Association des Mères de Soldats de Saint-Pétersbourg à l'occasion du Sommet de l'Union Européenne des 11 et 12 novembre 2002, démontre que la torture est un phénomène récurrent au sein de l'armée russe.

Exactions dans l'armée russe



"De 1996 à 2001, 6.000 appelés ont signalé des violations de la Convention contre la Torture, que ce soit pour des actes de torture ou des châtiments cruels et inhumains. Depuis le début de l'année 2002, 200 appelés ont signalé des actes de torture ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Ces actes de torture prennent différentes formes, sur une échelle de souffrance sans limites : corrections avec un tabouret ou une boucle de ceinturon ; coups de barres métalliques sur le corps et à la tête ; brûlures de cigarettes sur les parties les plus sensibles du corps comme la région du cœur, de la tête, des reins et du foie ; viols ; travail forcé ; actes de souffrance, voire de torture morale et psychologique comme le racket ou l'obligation de mendicité.

Le rapport mentionne enfin des cas de "torture passive" en détention : par la faim, la soif et par l'absence de commodités, ou par le refus de l'accès aux soins médicaux.

Ces agissements perpétrés par des supérieurs hiérarchiques violent les droits les plus élémentaires de l'homme, en particulier les articles 7 et 8 du Pacte international sur les droits civils et politiques et l'article 1er de la Convention contre la torture."


(Extrait du communiqué de la Fédération internationale des Ligues de Droits de l'Homme - 11 novembre 2002)