Théâtre : "La Dépouille du serpent" (Zagreb 1982) de Slobodan Najder
2012-11-12

Traduit du croate par Mireille Robin (2002).

Tous les liens que Slobodan Najder a su, à travers son théâtre, tisser entre l'imaginaire et le vécu tragique "entre les cieux, trop hauts pour l'homme, et la terre, trop dure pour y marcher", sont dangeureux. C'est ce danger même qui inspire la poésie, qui crée le poète en nous. Ainsi, dans La Dépouille du serpent, Azra violée, Azra meurtrie retrouve la parole dans l'imaginaire, le seul monde qu'il lui reste. C'est le tragique même qui s'adresse à nous.

Dans les pièces de Najder, la poésie ne sert pas seulement de refuge. Elle peut nous offrir la sublimation du réel si elle reste en permanence tournée vers lui, essayant de le saisir, de le comprendre. La réalité est le préalable du songe.


Editions "l'Espace d'un instant", Théâtre national de Syldavie, 3 passage Hennel, 75012 Paris.

ISBN 2-915037-17-5

.

Voir aussi [URL : 4000]

.