La société civile en Russie contre l'importation des déchets nucléaires (2003)
2012-12-21

La Russie servira-t-elle de poubelle nucléaire du monde ? Le projet de loi, débattu depuis juillet 2000, adopté par la Douma et signé par le présidentPoutine en juin et juillet 2001, devrait permettre " l'importation de déchets et matériaux nucléaires ainsi que de combustibles irradiés pour leur
stockage, leur enfouissement ou leur retraitement "
.

Il est vrai que le Minatom (ministère de l'énergie atomique) a prévu aussi la création d'un fonds spécial pour le nettoyage des zones irradiées par cinquante années d'expérimentations nucléaires. Mais il n'a pas pu convaincre la société civile. Le projet a suscité un très important mouvement de protestation. Le 26 octobre 2001, un groupe d'initiative formé par une trentaine d'associations avait recueilli 2.561.000 signatures et demandé l'organisation d'un référendum. Bien que soutenu par des personnalités de la culture et des sciences, ainsi que par certains gouverneurs ou assemblées régionales, le référendum n'a pas eu lieu.

Plusieurs associations restent mobilisées contre le programme d'importation qui, à l'heure actuelle, semble absolument ingérable.

Selon un sondage de Romir, de juin 2001, un tiers des Moscovites estiment que la décision de la Douma répond aux intérêts des détenteurs étrangers de déchets, 19,6 % pensent au Minatom, et 17,8 % au gouvernement russe. 4 %
seulement des habitants de la capitale estiment qu'il y va de l'intérêt de toute la population de Russie.

(Source : Nathalie Melis, Samovar Avancées n° 94 ; Le Monde diplomatique de février 2002)