Belarus : détention de Yuri Bandazhevski
2004-07-12

Détention de Yuri Bandazhevski



La Fédération Internationale des Ligues des Droits de l'Homme (FIDH) et l'Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) dans le cadre de leur programme conjoint de l'

Observatoire pour la protection des défenseurs droits de l'Homme

, souhaitent rendre public le refus des autorités du Bélarus d'autoriser une mission internationale d'enquête à se rendre dans ce pays.

Par une lettre du 3 décembre 2002, l'Observatoire a, en effet, sollicité une autorisation officielle aux fins d'enquêter sur les conditions de détention de Monsieur Yuri Bandazhevski dans l'établissement pénitentiaire au sein duquel il est incarcéré.

A plusieurs reprises, l'Observatoire a renouvelé sa requête sans qu'aucune réponse ne soit donnée à ce jour par l'Ambassade du Bélarus à Paris.

Monsieur Yuri Bandazhevski est un scientifique, de renommé internationale, spécialisé dans la recherche médicale liée à la radioactivité nucléaire et ancien recteur de l'institut d'Etat de médecine de Gomel. Certains de ses travaux de recherche ont révélé les effets néfastes de la catastrophe de Tchernobyl sur la population du Bélarus et contredisent la thèse officielle des autorités. Par ailleurs, il a critiqué le détournement de budgets au sein du ministère de la Santé, qui auraient du servir à la recherche dans ce domaine.

Le 18 juin 2001, il a été condamné à huit années de détention sous régime strict au motif qu'il aurait demandé des pots-de-vin aux parents d'élèves de l'Institut. Depuis sa mise en détention, son état de santé psychologique et physique s'est nettement détérioré, notamment depuis cet automne ce qui a motivé notre demande de pouvoir effectuer une mission d'enquête.

L'Observatoire est régulièrement intervenu en faveur de M. Bandazhevski depuis son arrestation et a notamment saisi le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, considérant que la détention de M. Bandazhevski ne vise qu'à sanctionner son activité de défenseur et l'exercice des libertés d'expression et d'opinion.

L'Observatoire considère que le refus des autorités s'inscrit en l'espèce en violation des principaux instruments internationaux de protection des droits de l'Homme et notamment l'article 6 c) de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l'Homme adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unis le 9 décembre 1998 qui confère le droit "d'étudier, discuter, apprécier et évaluer le respect, tant en droit qu'en pratique, de tous les droits de l'Homme et de toutes les libertés fondamentales et, par ces moyens et d'autres moyens appropriés, d'appeler l'attention du public sur la question".

L'Observatoire déplore la position des autorités et réitère son appel en faveur de la libération de M. Bandazhevski au regard du caractère arbitraire de sa détention et du respect de son intégrité physique et psychologique.