Bosnie-Herzégovine : retour des partis nationalistes aux municipales (octobre 2012)
2012-11-22

Les Bosniens ont voté le 7 octobre pour les municipales. Sans surprise, les résultats ont été favorables aux partis nationalistes du pays : SDA (bosniaque), HDZ (croate) et SDS (serbe).

En fédération bosno-croate, le parti social-démocrate (SDP) a perdu toutes les grandes municipalités sauf Tuzla et le nombre de communes dirigées par un maire SDP s'élève à onze contre trente quatre maires que compte désormais le parti SDA. Ce parti a notamment emporté à Bihac, Novi Grad (Sarajevo), Zenica, Jajce, Cazin, Visoko, Sanski Most, Tesanj, Maglaj, Teocak etc.

Fait marquant de cette élection, à Visoko, pour la première fois en Bosnie et en Europe, une femme voilée est devenue maire. Amra Babic, 43 ans, qui porte régulièrement un voile qui couvre les cheveux, les oreilles et le cou, a remporté en effet 30% des suffrages dans cette localité de 40.000 habitants.

Dans toutes les municipalités bosniennes où les Croates constituent la majorité de la population, c'est le parti HDZ qui a réalisé la victoire. En Herzégovine, seule la commune de Rama n'aura pas un maire HDZ. Quant à Mostar, en raison de divergences entre Croates et Bosniaques sur la manière d'organiser le scrutin, l'élection n'avait pas lieu selon la décision de la Commission électorale.

En Republika Srpska, comme en fédération, les électeurs ont pénalisé la politique du parti au pouvoir, insatisfaits de la situation au pays. Le tout puissant SNSD de Milorad Dodik, qui dominait sur la scène politique bosno-serbe depuis des années, a perdu de très nombreuses communes aux municipales 2012 dont Trebinje et Bjeljina. En revanche, le SNSD a réussi à gagner à Foca, Bileca et Banja Luka.

Le grand gagnant des élections locales en Republika Srpska est le parti SDS qui, durant le conflit 1992-95, a été dirigé par Radovan Karadzic actuellement jugé pour les crimes de guerre et le génocide devant le TPIY. Le SDS a réussi à imposer 25 maires dans l'entité serbe aux municipales 2012. Le plus contesté d'entre eux est Gojko Klickovic, le nouveau maire de Krupa na Uni, soupçonné par la justice pour les crimes de guerre commis sur la population bosniaque dans la région de Krajina.

Le sort de la ville de Srebrenica, quant à elle, est encore incertaine. Selon le candidat indépendant bosniaque, Camil Durakovic, ce sont les voix de la diaspora qui vont être décisives. Srebrenica fut en juillet 1995 théâtre d'un génocide commis contre les Bosniaques avait été majoritairement peuplée par les Bosniaques avant la guerre mais peu d'entre eux ont regagné Srebrenica après la guerre. Aujourd'hui, cette commune pourrait, pour la première fois depuis la fin de la guerre, avoir un maire serbe.

"Les musulmans ne doivent pas avoir peur de moi si je gagne. Je suis convaincue que je suis capable de faire plus que tous les prédécesseurs pour rétablir la confiance entre les deux communautés", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Plus de 3,1 millions de Bosniens étaient appelés à voter dans ce cinquième scrutin municipal depuis la fin de la guerre. Quelque 550 candidats briguaient 140 postes de maire et plus de 30.000 étaient en lice pour des conseils municipaux.



Source BH Info

:

[URL : http://www.bhinfo.fr/municipales-2012-retour-des,3045/].