Arménie : la sécurité pour les touristes (2012)
2013-02-05

Selon le ministère français des Affaires étrangères :

- Eviter les zones frontalières avec l'Azerbaïdjan. Des incidents se produisent régulièrement à la frontière du nord est (dans la région de Tavoush). Les mines anti-personnelles constituent un réel danger à l'est (dans la région de Siounik).

- Il est fortement recommandé, pour effectuer le trajet Erevan-Tbilissi, d'éviter la route passant par Idjevan, itinéraire qui traverse une zone en Azerbaïdjan formellement déconseillée.

- Les frontières avec la Turquie et l'Azerbaïdjan sont fermées du fait du conflit du Haut-Karabagh, malgré le cessez-le-feu signé en 1994.

- Le Haut-Karabagh et à plus forte raison les territoires occupés d'Azerbaïdjan constituent une zone dangereuse qui ne fait pas partie de la circonscription consulaire d'Erevan. L'entité sécessionniste n'est reconnue par aucun pays et la protection consulaire de nos ressortissants ne peut y être assurée.

- De manière générale, les abords immédiats de toutes les zones frontalières sont fortement déconseillés. Si des déplacements dans ces zones devaient malgré tout être effectués, il est vivement recommandé de prendre auparavant l'attache de l'ambassade de France à Erevan.

- La criminalité tend à se stabiliser voire à décliner régulièrement et ne concerne de toute façon que très peu le tourisme ordinaire. L'Arménie est, à cet égard, un pays sûr. Il convient naturellement de faire preuve d'une prudence élémentaire et de ne pas faire montre d'une ostentation de mauvais aloi.