La grenade arménienne
2013-05-17

La grenade est l'un des plus anciens fruits cultivés par l'homme. Les chercheurs pensent même que « l'arbre de la connaissance » de l'Ancien Testament ne serait autre qu'un grenadier.

En Arménie, ce fruit du paradis est un symbole national. Le pays en est d'ailleurs l'un des plus grands producteurs au monde. Les meilleures grenades se récoltent dans le sud, autour du village de Nrnadzor. L'exploitation de Mukutsch Bojadyan est le fleuron du village. En octobre, il récolte, après avoir passé une année entière à déjouer les caprices de la météo, les pénuries en eau et les humeurs des ours.

ARTE / 360°-GEO lui a rendu visite pour découvrir ses fruits du paradis.


Des grenadiers à perte de vue : Nrnadzor n'a pas volé son nom qui veut littéralement dire « la combe aux grenades ». Le mois d'octobre est le mois de la récolte - Mukutsch Bojadyan et sa famille ont fort à faire pour la mettre à l'abri avant la prochaine pluie. Depuis toujours, la grenade est symbole de jeunesse éternelle, de fécondité, de beauté et d'amour. En Arménie, le fruit est étroitement associé à la culture du pays : pas un mariage sans que le couple ne jette une grenade contre un mur. Les grains du fruit éclaté doivent bénir leur descendance. Nrnadzor aurait bien besoin de nouveaux habitants.

La localité, jadis florissante, se dépeuple et est de plus en plus isolée, la seule et unique liaison ferroviaire étant restée en friche depuis l'effondrement de l'Union soviétique. Mukutsch Bojadyan est encore nouveau : cela fait à peine quelques années qu'il est arrivé dans ce village proche de la frontière iranienne. Lors de sa première visite, il a découvert les plantations de grenadiers abandonnées et en a profité pour en acheter certaines. Depuis quelque temps, son exploitation fait florès : des acheteurs viennent même d'Erevan, la capitale.

La récolte des grenades assure à la famille Bojadyan un revenu stable. D'autres voisins ne sont pas aussi chanceux : leurs récoltes sont moins importantes ou de qualité inférieure. C'est pourquoi Mukutsch les recrutent comme aides pour la récolte. Avec le maire, Mkrtich Mkrtchyan, il fait partie de ces rares habitants du village qui s'engagent sans relâche pour que la localité ne s'éteigne pas. Le maire essaie pour sa part de convaincre le gouvernement d'entreprendre la réfection de la voierie afin de dynamiser les échanges commerciaux. En vain, pour l'instant. Par ailleurs, la sécheresse et la gourmandise des ours chapardeurs ne facilitent pas le travail des paysans. Malgré tout, Mukutsch s'attend à une récolte abondante pour cette année. Il a même prévu de planter de jeunes arbres supplémentaires. Les prochaines semaines montreront si son entreprise est couronnée de succès.



Source ARTE / 360° Geo 16/11/2012

:

[URL : http://www.arte.tv/fr/armenie-les-fruits-du-paradis/7059708,CmC=3841820.html].